Interruption du match entre le FC Metz et le PSG : le chef des supporters messins dénonce "la bêtise de la Ligue de football professionnel"

Le match de Ligue 1 entre Metz et Paris a été brièvement interrompu par l'arbitre vendredi soir, après le déploiement d'une banderole jugée homophobe. Plusieurs rencontres ont ainsi été suspendues depuis le début de la saison.

La banderole des supporters messins, qui a provoqué l\'interruption du match de Ligue 1 entre Metz et Paris le 30 août 2019.
La banderole des supporters messins, qui a provoqué l'interruption du match de Ligue 1 entre Metz et Paris le 30 août 2019. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

"On a simplement voulu montrer la bêtise de la Ligue de football professionnel (LFP)", a expliqué Xavier Schmitt, patron du groupe des supporters messins Génération Grenat, à France Bleu Lorraine Nord. Vendredi 30 août, le match de Ligue 1 entre le FC Metz et le PSG a été interrompu pendant trois minutes par l'arbitre, après le déploiement dans les tribunes d'une banderole jugée homophobe.

La phrase marquée sur la banderole, "LFP, PSG, laisse-moi te chanter d'aller te faire en..., je ne passerai pas à la TV, parce que des mots sont pas très gais", fait référence à la chanson Balance ton quoi de l'artiste belge Angèle. "Le délégué [arbitre] a pris ça comme des mots homophobes. On a simplement voulu montrer la bêtise de la LFP, puisqu'on reprend un tube qui passe sur toutes les radios, et le délégué pense que c'est homophobe", a déclaré ce supporter après la rencontre perdue 2 - 0 par le FC Metz.

Une réunion de travail prévue à la LFP

"Le délégué est venu immédiatement me voir pour me dire qu'il fallait retirer la banderole, sinon il arrêtait le match et on perdait la rencontre. Je lui ai demandé de me dire quels étaient les mots homophobes sur cette banderole. Il n'a pas su me répondre et il est parti", a dénoncé Xavier Schmitt, le chef des supporters messins du groupe Génération Grenat.

Depuis le début de la saison de Ligue 1 et Ligue 2, plusieurs matchs ont été interrompus après des chants à caractère homophobe ou le déploiement de banderoles jugées homophobes. La présidente de la Ligue de football professionnel, Nathalie Boy de la Tour, a annoncé jeudi 29 août qu'elle réunira le 5 septembre "des associations de lutte contre l’homophobie, l’association nationale des supporters et quelques autres associations de supporters de façon à ce que nous puissions débattre tous ensemble".