Menacée et harcelée, Cécile Duflot quitte Twitter "pour un temps" et porte plainte

La directrice générale de l'ONG Oxfam France a porté plainte pour "harcèlement, appels malveillants et menaces de mort", alors qu'un homme la harcèle depuis trois ans sur le réseau social.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'ancienne ministre Cécile Duflot, aujourd'hui directrice générale d'Oxfam France, le 31 janvier 2020, à Paris. (MICHEL STOUPAK / NURPHOTO / AFP)

Plus de gazouillis pendant un certain temps. L'ancienne ministre Cécile Duflot, aujourd'hui directrice générale d'Oxfam France, a annoncé, mardi 1er décembre, qu'elle quittait temporairement Twitter après avoir reçu des menaces d'un homme déjà condamné pour l'avoir harcelée. Une plainte a été déposée dans la même journée pour "harcèlement, appels malveillants et menaces de mort" auprès du parquet de Pontoise, a indiqué à l'AFP son avocat, Tewfik Bouzenoune. Cécile Duflot a rendu publics par la même occasion des extraits des messages reçus pour, dit-elle, que "ce sujet avance".

"Chers gens que j'aime bien sur Twitter et cher.e.s inconnu.e.s qui m'aimez bien, ce message pour vous dire que je vais m'en aller pour un temps. Depuis 3 ans, un homme me harcèle par différents moyens. Il y a eu 3 procès, il est allé en prison. Il vient de rerererecommencer", a tweeté l'ancienne ministre du Logement, très suivie sur ce réseau social. Se disant affaiblie par ces "dizaines de messages, même argumentaire et menaces régulières de me tuer, violer ma fille et moi ou se tuer", Cécile Duflot ajoute une capture d'écran d'un des textes qui lui a été adressé.

La série de tweets de Cécile Duflot a entraîné de très nombreuses réactions de soutien, d'anonymes, de militantes féministes, de journalistes et de personnalités politiques. "La haine n'a pas sa place sur les réseaux sociaux", a notamment réagi la ministre déléguée à l'Egalité Elisabeth Moreno.

"Le délit passionnel n'existe pas"

L'homme, qui harcèle l'ancienne ministre depuis trois ans via des messages ou en contactant son employeur et ses proches, a été condamné à trois reprises entre avril 2018 et septembre 2020, a précisé son avocat. Incarcéré quelques mois à l'issue de sa deuxième condamnation en décembre 2018, le jeune homme, âgé d'une vingtaine d'années, "dès sa sortie, a repris le harcèlement avec un crescendo dans la violence (des propos). On est passé du harcèlement aux menaces de mort", a ajouté Me Tewfik Bouzenoune.

"Ce n'est pas simple de parler de cela, même pour moi, mais comme je pense qu'il faut que ce sujet avance, il faut que certains comprennent que ça existe pour de vrai, que les discours à la con infusent sur les esprits fragiles et que le passage à l'acte existe", ajoute Cécile Duflot, fustigeant, au passage, des médias qui avaient présenté dans des articles de presse il y a quelques années cet homme, dont l'"amour fou l'a conduit en prison". "Avoir une réflexion sur les termes à utiliser en ces cas-là, ce serait chic", demande l'ancienne élue écologiste.

"Le délit passionnel n'existe pas ! Présenter des comportements qui sont des infractions pénales comme la résultante d'un comportement amoureux c'est les minimiser", a regretté l'avocat de l'ancienne responsable écologiste. "Cette personne se prétend amoureuse, mais elle n'est pas amoureuse, elle la harcèle !", a rappelé Me Tewfik Bouzenoune.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.