Cet article date de plus de deux ans.

Violences sexuelles : les accusatrices de PPDA lancent l'association #MeTooMedias

Les huits femmes qui accusent le journaliste Patrick Poivre d'Arvor de viols et d'agressions sexuelles souhaitent créer l'association "pour toutes les femmes et les hommes qui souffrent silencieusement dans ce milieu médiatique."

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une du journal Libération, le 9 novembre 2021.  (LIBÉRATION)

Les huit femmes qui accusent le journaliste Patrick Poivre d'Arvor de viols, d'agressions ou de harcèlement sexuel dans le journal Libération de mardi 9 novembre vont créer l'association #MeTooMedias pour libérer la parole sur les violences sexuelles dans les médias, a annoncé l'une des accusatrices, Emmanuelle Dancourt, mardi à France Inter.

"On a décidé de créer #MeTooMedias, pas uniquement à propos de PPDA, mais pour toutes les femmes et les hommes qui souffrent silencieusement dans ce milieu médiatique", explique la journaliste et chroniqueuse sur RMC. "On veut monter une association et offrir une ombrelle à toutes celles qui ne veulent pas sortir de l'anonymat, mais qui ont besoin de cette sororité."

#MeTooMedias sur les réseaux

L'organigramme de l'association n'est pas encore définitif mais ses fondatrices veulent lancer le mot-clé sur les réseaux sociaux. Il commence déjà à être repris mercredi matin avec la publication de plusieurs témoignages visant d'autres journalistes que PPDA.

La journaliste et écrivaine Florence Porcel a déposé une première plainte en février pour viol contre l'ex-présentateur star de TF1, évoquant des faits datant de 2009, mais l'enquête a été classée sans suite en juin dernier. La journaliste a ensuite annoncé déposer une plainte avec constitution de partie civile, qui doit permettre la saisie automatique d'un magistrat instructeur indépendant et l'ouverture d'une information judiciaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.