Violences faites aux femmes : une militante féministe juge les mesures d'Emmanuel Macron "éparses" et "irréalisables"

Après les annonces d'Emmanuel Macron pour lutter contre les violences faites aux femmes samedi, Laure Salmona, co-initiatrice du hashtag "Soyez au rendez-vous", estime que le chef de l'Etat n'a "pas été au rendez-vous". Elle se dit "déçue".

La militante féministe Laure Salmona invitée de franceinfo le 30 octobre 2017.
La militante féministe Laure Salmona invitée de franceinfo le 30 octobre 2017. (FRANCEINFO)

Emmanuel Macron a annoncé, samedi 25 novembre, un éventail de mesures destinées à lutter contre les violences faites aux femmes. Invité de franceinfo, Laure Salmona, co-initiatrice du hashtag "Soyez au rendez-vous", a estimé que le président de la République n'a "pas été au rendez-vous". 

C'était un catalogue de mesures, dont certaines étaient plutôt bonnes, mais éparses, et qui nous paraissent irréalisables sans budget. (...) On est clairement déçues et on pense qu'il n'a pas pris la mesure de nos attentes.Laure Salmonaà franceinfo

"La hausse de budget supplémentaire dont il parle, les 115 millions d'euros en plus, c'est un tour de passe-passe, puisqu'ils s'agit de postes qui existent déjà, qui sont déjà alloués à l'égalité femmes-hommes, de manière interministérielle et transversale. Ils sont juste rapportés au budget du secrétariat au droit des femmes", a ajouté Laure Salmona.

"On attendait des moyens, des actions"

"Donc, comment fait-on ? C'est très bien de former le personnel éducatif, mais comment fait-on sans argent ?, s'est-elle interrogée, estimant qu'à l'instar de l'Espagne, la France devrait consacrer au moins un milliard d'euros à cette lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. On fait une nouvelle fois reposer la responsabilité sur la société civile, sur les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, qui sont exténuées et qui n'ont pas assez de subventions pour fonctionner correctement. (...) On attendait des moyens, des actions."

Laure Salmona plaide pour une meilleure formation des magistrats et des policiers. "Pour faire appliquer la loi correctement, il faut aussi former les professionnels qui la font appliquer", a-t-elle conclu.

Violences faites aux femmes : une militante féministe juge les mesures d'Emmanuel Macron "éparses" et "irréalisables"
--'--
--'--