Violences faites aux femmes : un lycée isérois sensibilise les élèves à la notion de consentement

"Non, c'est non". À l'Isle-d'Abeau en Isère, un lycée s'engage dans la lutte contre les violences faites aux femmes à travers la notion de consentement. Les lycéens y apprennent à respecter la parole des filles et accepter que des avances sexuelles puissent faire l'objet d'un refus. 

"C'est quoi le consentement ?" Pour beaucoup de lycéens dans la cour du lycée Delorme à l'Isle-d'Abeau, c'est une notion un peu floue. "C'est quand tu es d'accord ou pas," tente l'une d'entre eux. "ll faut en parler, lui répond un autre, parce qu'après, les garçons vont se croire tout permis." Le débat est lancé. 

Provoquer la discussion autour de la notion de consentement, c'est l'objectif des ateliers organisés dans ce lycée isérois. Dans la cour, mais aussi en classe, entre filles et entre garçons, des agents de prévention engagent la discussion autour de la drague, des pratiques sexuelles ou encore du viol. Pas facile de parler de ses sentiments devant les copains. Parfois, certains élèves refusent de participer au débat. "Ce n'est pas grave, témoigne Emilie Thibaud, organisatrice de ces ateliers. Ce n'est pas parce qu'ils n'en parlent pas qu'il n'y a pas une prise de conscience et des stéréotypes qui peuvent être modifiés. Il faut briser le silence à tout prix." 

Toute l'année, le lycée Delorme organise des interventions ponctuelles autour du thème de la sexualité. Des discussions nécessaires qui permettent de déconstruire les clichés et lutter contre les violences à l'égard des femmes en changeant les mentalités.

Pour beaucoup de lycéens, le consentement est une notion un peu floue.
Pour beaucoup de lycéens, le consentement est une notion un peu floue. (France 3 Alpes)