Vienne : un viol élucidé grâce à l'ADN vingt-et-un ans après

À Poitiers, dans la Vienne, vingt-et-un ans après les faits, un homme a été mis en examen et incarcéré pour viol mardi 15 octobre. Il a été confondu par des traces ADN présentes sur un paquet de bonbons.

france 3

Le violeur présumé est désormais sous les verrous, vingt-et-un ans après les faits. Une nuit d'octobre 1998, une jeune automobiliste est retrouvée abandonnée dans sa voiture sur une route départementale de la Vienne. Son agresseur masqué l'a violée avant de prendre la fuite, mais son ADN a été relevé. L'affaire est restée non élucidée jusqu'à un coup de théâtre suite à un cambriolage dans une menuiserie l'été dernier. Les enquêteurs relèvent plusieurs indices, dont un emballage de bonbons.

L'homme a reconnu les faits

"Les analyses ont montré que les traces de la scène de viol en 1998 et les traces retrouvées sur l'emballage du bonbon en 2019 correspondaient à la même empreinte génétique", rapporte Michel Garrandaux, procureur de la République de Poitiers. L'ADN est celui d'un homme âgé de 67 ans aujourd'hui. Il est le père du propriétaire de la menuiserie cambriolée et voisin de la femme violée vingt-et-un ans plus tôt. À ce titre, il avait été entendu comme témoin à l'époque. L'homme a reconnu les faits.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une analyse ADN.
Une analyse ADN. ( SCIENCE PHOTO LIBRARY / AFP )