Vidéo Dans les coulisses de la plateforme pour les victimes d'inceste et de violences sexuelles : "Ca n'arrête pas d'appeler"

Publié Mis à jour
BRUT
Article rédigé par

Ici, le téléphone sonne sans arrêt. Et la parole se libère. Immersion avec les écoutantes de la plateforme pour les victimes d'inceste et de violences sexuelles.

Depuis le 21 septembre, une plateforme d'écoute pour les victimes d'inceste et de violences sexuelles a été mise en place. Depuis, le téléphone ne s'arrête pas de sonner. "Quand on écoute les personnes, on va aller, d'une part prendre leur témoignage, qui est tout-à-fait important, les entendre, qualifier, c'est-à-dire, déjà les informer sur la qualité législative de ce qu'elles ont subi : c'est un viol, c'est une agression sexuelle, c'est aggravé parce que vous étiez mineure, parce que c'était quelqu'un de proche. Et ça permet à la personne de comprendre que peut-être, si elle porte plainte maintenant, si c'est prescrit ou pas... Donc leur expliquer la prescription", explique Emmanuelle Piet, présidente du Collectif féministe contre le film.

160 000 enfants sont victimes de viols tous les ans, en France. "C'est certainement un chiffre minimum. Et les dernières statistiques qu'on ait du ministère de la justice, c'est 300 condamnations pour viols aggravés. Viol aggravé pour viol sur mineur, entre autres. C'est pas beaucoup 300 par rapport à 160 000. Donc la marche de progrès est absolument importante", estime Emmanuelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.