"Uber n’a rien fait" : le témoignage d’une jeune femme agressée sexuellement par un chauffeur

Une jeune femme a témoigné de manière anonyme d’une agression sexuelle dont elle a été victime au cours de l’un de ses trajets en Uber en 2017.

FRANCE 2

Un chiffre inquiétant. Uber, le géant américain de véhicules de transport avec chauffeur, a reconnu 6 000 agressions sexuelles dans leurs voitures en l’espace de deux ans aux États-Unis. En France, les témoignages de femmes victimes de telles violences se multiplient également. Noémie affirme avoir elle aussi été agressée sexuellement le 21 octobre 2017 quand elle rentrait de soirée. Elle témoigne anonymement. "J’ai signalé cette agression à Uber le lendemain. Uber m’a répondu que le compte du conducteur serait suspendu suite à ce message".

"Je suis très en colère"

Deux ans après, Noémie découvre sur les réseaux sociaux le témoignage de Sonia, elle aussi agressée par un chauffeur Uber. La victime dévoile une photo du chauffeur. Il s’agirait du même agresseur. "J’ai reconnu le même schéma d’agression, mais aussi le même chauffeur. Donc je suis très en colère aujourd’hui contre le chauffeur et contre Uber qui n’a rien fait pour arrêter ça", confie Noémie. Les deux femmes ont porté plainte. La direction d’Uber a affirmé à France 2 que le compte du chauffeur a été suspendu en attendant le résultat de l’enquête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture Uber à Paris, le 17 novembre 2017.
Une voiture Uber à Paris, le 17 novembre 2017. (PIERRE GAUTHERON / HANS LUCAS / AFP)