Sexisme à l'hôpital : l'Intersyndicale des internes réclame une entrevue avec le gouvernement et annonce 10 propositions

L'Intersyndicale nationale des internes annonce samedi dix propositions contre le sexisme à l'hôpital. Elle réclame une entrevue avec les ministres de la Santé, de l'Enseignement supérieur, et la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes. 

Selon une étude de l\'Isni sur le sexisme à l\'hôpital, près de la moitié (48 %) des auteurs de faits relevant du harcèlement sexuel sont des médecins ou supérieurs hiérarchiques de l\'interne (Image d\'illustration).
Selon une étude de l'Isni sur le sexisme à l'hôpital, près de la moitié (48 %) des auteurs de faits relevant du harcèlement sexuel sont des médecins ou supérieurs hiérarchiques de l'interne (Image d'illustration). (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Après la publication de son étude sur le sexisme à l'hôpital jeudi 16 novembre, l'Intersyndicale nationale des internes (Isni) réclame une entrevue avec Agnès Buzyn, ministre de la Santé, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, les appelant à "se saisir du sujet", via un communiqué consulté par franceinfo. Samedi 18 novembre, "dix propositions vont être annoncées lors de notre université de rentrée", a également indiqué l'Isni. "Les institutions doivent mesurer l'ampleur de la situation actuelle et réagir de façon rapide, concrète et efficace."

Procédure juridique dans 0,15 % des cas

Selon l'Isni, sur les 2 946 participants à l'étude, 6,6 % déclarent avoir été victimes de harcèlement sexuel. Près de la moitié (48 %) des auteurs de ces faits relevant du harcèlement sexuel sont des médecins ou supérieurs hiérarchiques de l'interne, dont 10 % de chefs de service. Dans seulement 0,15 % des cas, une procédure juridique a été initiée.

Les participants à cette étude sont des internes en médecine femmes et hommes. L'étude a été menée via un questionnaire sur Internet du 2 septembre 2017 au 16 octobre 2017. En France, on dénombre environ 30 000 internes en médecine : 10 % d'entre eux environ ont participé à l'étude.