Refus de Didier Gailhaguet de démissionner : "Ça me peine par rapport à toutes les victimes qui se sont manifestées"

Le patineur artistique Olivier Schoenfelder, champion du monde en 2008, a exprimé mercredi 5 février 2020 sur franceinfo ses regrets après le refus de démissionner de Didier Gailhaguet, le président de la Fédération des sports de glace. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Schoenfelder  et Isabelle Delobel aux jeux olympiques d'hiver à Vancouver en 2010 (SAEED KHAN / AFP)

"Je reste convaincu que la seule solution c'est qu'il puisse partir de la fédération", a indiqué ce mercredi sur franceinfo, le patineur artistique, Olivier Schoenfelder, champion du monde en 2008, à propos du président de la Fédération des sports de glace Didier Gailhaguet.

"Pour être démissionnaire, il faudrait que j'aie commis une faute. Or, j'estime ne pas en avoir commise. Des erreurs certainement, et plusieurs, mais pas de fautes'est justifié Didier Gailhaguet, lors d'une conférence de presse au siège de la Fédération des sports de glace.

Je ne suis pas vraiment surpris parce que connaissant M. Gailhaguet et son caractère, je sais qu'il est tout à fait apte à vouloir se battre pour garder sa place à la fédération des sports de glace

Olivier Schoenfelder

à franceinfo

"Je vois surtout les intérêts de la fédération, les intérêts des sportifs, des futurs sportifs dans ma discipline. Si M. Gailhaguet s'entête à vouloir rester, le ministère va certainement taper très fort sur la fédération et ce sera très compliqué pour la discipline", redoute Olivier Schoenfelder. 

L'ancien champion du monde de patinage artistique en 2008 rappelle que : "La fédération n'appartient pas à M. Gailhaguet. A un moment donné, c'est l'intérêt général de la fédération qui doit primer. Avec M. Gailhaguet à la tête de la fédération, je ne vois pas comment le monde du patinage et le monde sportif pourraient retrouver confiance dans cette institution".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.