Radio France engage 11 poursuites disciplinaires pour des faits de harcèlements ou de sexisme

Une enquête interne et indépendante avait été ouverte après la diffusion du documentaire "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Maison de la Radio et de la Musique, à Paris. (ARIANE HERBAY / RADIOFRANCE)

Radio France annonce mardi 21 septembre dans un communiqué avoir engagé 11 poursuites disciplinaires à la suite d'une enquête ouverte sur "l’existence de situations de harcèlements, et, ou, l’entretien et la participation active à des ambiances et propos sexistes".

Cette enquête, "externe et indépendante" débutée en mars dernier, fait suite aux révélations du documentaire "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste", réalisé par Marie Portolano. Elle a recueilli les témoignages de nombreuses journalistes de plusieurs médias dénonçant les propos et violences sexistes subis à l’intérieur et en dehors de leurs rédactions. Marie Portolano avait notamment interviewé Amaia Cazenave, alors journaliste sportive et spécialiste du rugby à Radio France qui dénonçait de tels faits.

Des entretiens disciplinaires dans les prochaines semaines

L'enquête, menée par Sophie Latraverse, juriste et spécialiste des discriminations, a recueilli 80 témoignages qui ont donc abouti à ces 11 poursuites disciplinaires, visant notamment des journalistes de France Bleu Pays basque, où travaillait Amaia Cazenave. Les entretiens disciplinaires auront lieu dans les semaines qui viennent et si des sanctions sont prises, elles pourront aller jusqu'au licenciement.

Par ailleurs, plusieurs enquêtes sont diligentées en ce moment explique Radio France qui indique mener "une politique de tolérance zéro à l’encontre de toute situation de harcèlement sexuel, d’agissement sexiste, de discrimination dans l’entreprise".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.