Pornographie : une femme témoigne des dérives de l’industrie du X

Publié Mis à jour
Pornographie : une femme témoigne des dérives de l’industrie du X
Article rédigé par
L. Nahon, R. Tarsissi, M. Dreujou, M. Pignard, J.-M. Perroux - France 3
France Télévisions

Alors que le Sénat dénonce dans un rapport l'envers du décor de l'industrie pornographique avec des violences systématiques, une femme témoigne pour le 19/20 de son expérience traumatisante, mercredi 28 septembre. 

Étudiante, elle a du mal à payer son loyer. Elle accepte alors de tourner dans un film pornographique. Le producteur lui assure que la vidéo ne sera diffusée qu’au Canada. Selon elle, on lui a imposé des actes sexuels qui n’étaient pas prévus. "Je passe mon temps à les pousser, à dire non." Elle poursuit son récit glaçant : "Je suis sur lui, il me maintient et en fait de là j’ai une double pénétration forcée alors que j’avais dit non, j’ai mal, je pleure, je saigne mais personne ne s’arrête."

Cinq vidéos mises en cause 

L’homme que cette femme accuse s’appelle Pascal Ollitrault, alias Pascal OP. À 61 ans, il est une star dans le porno amateur. Il dirige le site French bukkake qui met en ligne des vidéos extrêmes. La plateforme attire l’attention des gendarmes. Ils ont identifié cinq vidéos qui interrogent sur le consentement des femmes qui y apparaissent. L’avocat de Pascal OP a refusé de répondre aux journalistes. Face aux enquêteurs, le producteur nie tout en bloc. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.