L’acteur Shia LaBeouf poursuivi pour violences conjugales par la chanteuse FKA twigs

La chanteuse décrit dans sa plainte une relation avec l'acteur faite de violences physiques et sexuelles et d'emprise psychologique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'acteur Shia LaBeouf, le 3 novembre 2019, à Los Angeles (Etats-Unis) lors des Hollywood Film Awards. (KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"Je voudrais pouvoir éveiller les consciences sur les tactiques employées par les auteurs de maltraitances pour vous contrôler", témoigne-t-elle dans le New York Times (article en anglais). La chanteuse britannique FKA twigs a engagé des poursuites judiciaires pour violences conjugales contre son ex-compagnon, l'acteur américain Shia LaBeouf, vendredi 11 décembre devant un tribunal de Los Angeles.

La plainte, que le quotidien américain a pu consulter, décrit des mois de souffrances, faits de violences physiques, sexuelles et psychologiques répétées. FKA twigs dit avoir été brutalisée et agressée au cours de sa relation d'un an avec Shia LaBeouf, entre 2018 et 2019. La chanteuse relate qu'il l'attrapait et la serrait tellement fort qu'il lui infligeait des bleus. D'après la plainte, il l'a aussi étouffée pendant son sommeil. Par ailleurs, FKA twigs accuse Shia LaBeouf de lui avoir sciemment transmis une maladie sexuellement transmissible.

"J'ai honte de cette histoire", affirme l'acteur

En outre la plainte fait état d'une emprise psychologique. FKA twigs accuse Shia LaBeouf de l'avoir peu à peu isolée de son entourage, la persuadant de rester avec lui à Los Angeles, plutôt que de retourner à Londres. D'après la plainte, il la soumettait à des critiques constantes. Il n'aimait pas qu'elle regarde ou parle à d'autres hommes. Il avait aussi instauré des règles sur le nombre de fois où elle devait l'embrasser et le toucher. Il était également capable de transformer un simple désaccord sur des goûts artistiques en dispute conjugale durant toute la nuit. 

Shia LaBeouf a répondu à ses accusations dans un e-mail au New York Times. "Je n'ai aucune excuse pour mon alcoolisme ou mon agressivité, déclare-t-il. J'ai été violent envers moi-même et tout le monde autour de moi pendant des années. (...)  J'ai honte de cette histoire et je suis désolé pour ceux que j'ai blessés. Je ne peux vraiment rien dire d'autre."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.