La Cinémathèque reporte sa rétrospective Jean-Claude Brisseau

Des voix s'étaient élevées contre cet hommage au réalisateur, condamné en 2005 pour le harcèlement sexuel de deux jeunes actrices.

Le réalisateur Jean-Claude Brisseau, le 15 décembre 2005, au palais de justice de Paris, lors de son procès pour harcèlement sexuel.
Le réalisateur Jean-Claude Brisseau, le 15 décembre 2005, au palais de justice de Paris, lors de son procès pour harcèlement sexuel. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle le fait "dans un souci d'apaisement". La Cinémathèque française a annoncé, mercredi 8 novembre, le report sine die de sa rétrospective consacrée à Jean-Claude Brisseau, réalisateur condamné en 2005 pour le harcèlement sexuel de deux jeunes actrices.

L'institution parisienne est dans le collimateur d'organisations féministes pour avoir organisé une rétrospective consacrée au cinéaste franco-polonais Roman Polanski, poursuivi aux Etats-Unis et accusé de viol et d'agression sexuelle par plusieurs femmes. Une manifestation s'était tenue fin octobre, le soir de l'ouverture de cette rétrospective, qui se déroulait en présence du réalisateur de Rosemary's Baby et du Pianiste.

L'hommage à Jean-Claude Brisseau fait polémique car le cinéaste a été condamné en 2005 pour le harcèlement sexuel de deux jeunes actrices qui espéraient décrocher un premier rôle dans son long-métrage Choses secrètes, sorti en 2002. La Cinémathèque a choisi de "repousser" sa rétrospective, prévue en janvier 2018, mais pas de l'annuler. Le président de l'institution "espère qu'elle pourra se tenir très prochainement, dans un climat plus serein".