L'avocat Juan Branco mis en examen pour viol et placé sous contrôle judiciaire

En avril dernier, une jeune femme avait déposé une main courante contre lui.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'avocat Juan Branco, le 3 juin 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

L'avocat Juan Branco est mis en examen pour viol et placé sous contrôle judiciaire, il a aussi interdiction de communiquer avec la plaignante, a appris franceinfo de source proche de l'enquête mercredi 24 novembre. "Nous démontrerons que les accusations relèvent de la calomnie", ont réagi les avocats de Juan Branco, Yassine Bouzrou et Françoise Cotta.

Il avait été placé en garde à vue dans cette affaire en juin dernier, après le dépôt d'une main courante par une jeune femme de 20 ans en avril au commissariat du 14e arrondissement de Paris. 

Dans un long message publié sur Facebook le lendemain de cette main courante, Juan Branco réfutait ces accusations et contestait "tout rapport non consenti". Il racontait avoir rencontré la jeune femme via Instagram et qu'ils avaient passé ensuite la nuit chez lui.

L'avocat nie le viol

Il affirmait que la jeune femme était partie le lendemain, après l’avoir "embrassé, sur le visage, sur les lèvres" et lui avoir "souri". Toujours selon lui, elle était ensuite revenue récupérer ces affaires le soir, "froide et troublée". Il ajoutait qu'elle lui avait dit être "allée à la police le lendemain", "qu’elle avait déposé une main courante, car deux amies à qui elle avait parlé le lui avaient suggéré".

Le trentenaire est notamment l’avocat de l’artiste russe Piotr Pavlenski qui a participé à l’affaire de la sextape concernant Benjamin Griveaux. Il défend aussi Christophe Dettinger, le boxeur filmé en train de frapper deux gendarmes lors d’une mobilisation des "gilets jaunes". Il est également le conseil de Maxime Nicolle, alias Fly Rider, "gilet jaune" actif sur les réseaux sociaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.