Judo: un ex-cadre fédéral mis en examen pour viol sur mineure

Une enquête préliminaire avait été ouverte fin novembre, suite aux signalements émis par le président et le directeur technique national de la Fédération française de judo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un ancien cadre de la fédération française de judo est soupçonné de viol aggravé sur une mineure de moins de 15 ans. (MARTIN BUREAU / AFP)

Un ancien cadre nordiste de la Fédération française de judo visé par des soupçons de violences sexuelles a été mis en examen fin février pour "viol" aggravé sur une mineure de moins de 15 ans, a indiqué le parquet de Lille mercredi 17 mars. Une enquête préliminaire avait été ouverte fin novembre, suite aux signalements émis par le président et le directeur technique national de la Fédération française de judo, faisant état de "faits d'agressions sexuelles susceptibles d'avoir été commis par un entraineur âgé d'une soixantaine d'années, ayant également assuré des fonctions au sein des instances fédérales, à l'encontre de trois victimes".

Cet ancien cadre fédéral, de 2012 et 2016, avait été suspendu en novembre par la Fédération. De source proche du dossier, il s'agit de l'ancien président de la Ligue Nord-Pas-de-Calais. "Une information judiciaire a été ouverte le 25 février 2021 du chef de viol commis sur la personne d'un mineur de 15 ans par une personne ayant autorité sur la victime, l'individu a été mis en examen uniquement pour des faits concernant l'une des mineures", déclare mercredi le parquet de Lille dans un message à l'AFP, ajoutant que "les investigations se poursuivent".

Cet homme a notamment été l'entraîneur d'un professeur quadragénaire, lui même mis en examen dans le cadre d'une information judiciaire ouverte avant l'été. Cette mise en examen, remontant au 29 septembre, porte sur des faits présumés de "viols commis sur une mineure par une personne ayant autorité sur la victime".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.