Harcèlement sexuel aux États-Unis : présentateurs télé et politiques, deux poids deux mesures ?

Aux États-Unis, face aux accusations de harcèlement sexuel, il semblerait que politiques et présentateurs télé ne soient pas logés à la même enseigne. Pourquoi une telle différence de traitement?

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Bonjour, c'est un matin très triste pour le Today show et pour NBC News..." Depuis l'affaire Weinstein, les géants de la Télévision américaine tombent comme des mouches. Matt Lauer, de NBC News, a été licencié pour harcèlement sexuel. Même sort pour Bill O'Reilly, de Fox News, interviewé par le même Matt Lauer, avant qu'il ne tombe... lui aussi : "Vous avez été accusé de harcèlement, vous niez ces accusations?", avait alors demandé Matt Lauer à son confrère de Fox News. Même sort pour Charlie Rose, de CBS News. Pendant ce temps-là, les politiciens Trump et Roy Moore sur qui pèsent des accusations similaires... semblent inamovibles. Alors pourquoi une telle différence de traitement entre les présentateurs et les politiques?

Un fonds pour dédommager les victimes de harcèlement sexuel ?

Selon le correspondant de France 24 à Washington, Gallagher Fenwick, "cela fait débat, ici aux États-Unis parce qu'on voit qu'à la télévision, ou dans le milieu hollywoodien, qu'il y a des gens qui sont licenciés, congédiés, limogés, parfois du jour au lendemain, parfois de manière assez brutale", rappelle le journaliste. "Tandis qu'au congrès, les choses avancent beaucoup plus lentement. Et en plus, il y a des vérités qui commencent à émerger, notamment l'existence d'un fonds, au Congrès, donc de l'argent public, des impôts payés par les Américains, qui sert à dédommager les victimes de harcèlement sexuel, de façon à ce qu'elles se taisent." Autre question : pourquoi les télévisions américaines se séparent-elles si rapidement de leurs journalistes stars? "Parce que les enjeux sont immenses", analyse Gallagher Fenwick. "Il y a les annonceurs qui financent ces grandes chaines de tv, et donc on ne veut pas perdre du public ou de la légitimité en protégeant ces vedettes, aussi connues soient-elles, en prenant le risque de se mettre une bonne partie de l'opinion publique à dos."

Matt Lauer.
Matt Lauer. (ABC)