Gynécologue parisien accusé de viol : des patientes témoignent

Publié Mis à jour
Gynécologue parisien accusé de viol : des patientes témoignent
France 3
Article rédigé par
A. Bard, N. Perez, M-A. Belderrain, B. Bervas - France 3
France Télévisions

Une troisième plainte a été déposée contre le professeur Emile Daraï. Le chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris est accusé de viol depuis plusieurs semaines.

Plusieurs patientes accusent le professeur Emile Daraï de les avoir violentées au cours d'examens gynécologiques à l'hôpital Tenon, à Paris. L'une de ces patientes témoigne devant les caméras de France Télévisions. À 25 ans, elle a subi, selon elle, deux touchers vaginaux violents durant lesquels elle se sent contrainte et brutalisée. Elle mentionne notamment un "examen avec un spéculum, un spéculum qui est inséré sans lubrifiant, sans rien". La patiente évoque ainsi une "violence à ce que le dos se courbe, les pieds tombent des étriers".

"C'était de l'abus"


"Je hurlais, mon corps s'est retiré, poursuit-elle. Il ne peut pas passer à côté, c'est impossible. Il remet les pieds dans les étriers, il recommence et il me dit : 'Je n'ai pas le choix, madame.'" Atteinte d'endométriose, elle est habituée aux examens douloureux, mais dit n'avoir jamais autant souffert qu'à cette consultation, alors même que ce médecin est expert de la maladie. "Ce qu'il a fait, c'était de l'abus, raconte-t-elle, très émue. Je pensais que ces douleurs étaient dues à mon état, alors qu'il les a induites." Comme elle, d'autres femmes accusent le docteur Daraï de faits similaires. Certaines ont manifesté récemment, soutenues par le collectif "Stop aux violences gynécologiques", qui a révélé l'affaire. Une quinzaine ont fait un signalement auprès de l'AP-HP. Par communiqué, l'avocat du docteur Daraï explique que celui-ci "conteste fermement les accusations portées contre lui".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.