Coup de filet contre la pédopornographie : quatre des personnes interpellées sont suspectées de viols ou d'agressions sexuelles

Parmi les 48 interpellées partout en métropole, 24 ont été déférées, 12 ont été laissées libres le temps de la poursuite de l'exploitation de leurs supports numériques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le bureau d'un agent de la police nationale (photo illustration).  (MAXPPP)

Quatre personnes soupçonnées d'avoir téléchargé et consulté des images et vidéos pédopornographiques et interpellées mi-novembre à l'occasion d'un coup de filet massif ont vu les faits requalifiés en viols ou agressions sexuelles, a appris France Télévisions lundi 21 novembre de source proche de l'enquête.

Au total, 48 personnes ont été interpellées partout dans l'Hexagone, notamment les 15 et 16 novembre, au cours d'une opération coordonnée par l'Office central pour la répression des violences aux personnes. Parmi elles, 24 ont été déférées, 12 ont été laissées libres le temps de la poursuite de l'exploitation de leurs supports numériques, deux laissées libres sans suite. Par ailleurs, quatre ont été convoquées en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, cinq ont reçu une convocation par officier de police judiciaire, et une personne a écopé d'un rappel à la loi.

Dans cette liste d'une quarantaine d'hommes, figurent des élus locaux, mais également des fonctionnaires de l'Education nationale ou encore des personnes travaillant dans des milieux associatifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.