"Cela n’aurait servi à rien" : 78% des victimes ne se signalent pas aux autorités, selon une enquête sur les violences sexuelles

L'enquête révèle par ailleurs que 43% des victimes estiment que "ce n'était pas assez grave".

Un message écrit sur un mur dédié à la mémoire des femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, le 6 septembre 2019 à Paris.
Un message écrit sur un mur dédié à la mémoire des femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, le 6 septembre 2019 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

78% des victimes de violences sexuelles ne se sont pas déplacées pour le signaler à la police ou à la gendarmerie, car pour une grande majorité (72%), "cela n’aurait servi à rien", indique une enquête "Cadre de vie et sécurité" de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, que franceinfo a pu se procurer jeudi 19 septembre. En moyenne, chaque année, 235 000 personnes âgées entre 18 et 76 ans ont été victimes de violences sexuelles entre 2011 et 2017.

Parmi les autres raisons évoquées pour justifier ce non-signalement, 69% "préfèrent trouver une autre solution". Dans un peu plus de la moitié des cas (56%), les victimes veulent s’éviter des "épreuves supplémentaires", 44% veulent éviter que "ça se sache", 43% estiment que "ce n’était pas assez grave" et 35% n'ont rien dit "par peur de représailles, d’une vengeance".

Une peur des représailles en cas de signalement

Les raisons diffèrent selon le lien avec l’agresseur. Lorsque la victime et l’agresseur vivaient ensemble, le principal motif évoqué pour ne pas s’être déplacé devant les autorités compétentes est d’avoir "préféré une autre solution" (76%). A l’inverse, les victimes qui ne connaissent pas leur agresseur disent moins souvent avoir préféré une autre solution, ou vouloir éviter que cela se sache ou avoir peur des représailles.

Enfin, parmi les victimes de violences sexuelles, celles ayant subi un viol ressentent davantage de peur à aller déclarer les faits subis aux autorités que les autres. Près de la moitié d’entre elles ne sont pas allée signaler leur agression par peur de représailles (49% contre 30% pour les victimes de violences sexuelles d’autre nature). Elles sont également plus nombreuses à ne pas s’être déplacées pour éviter que l’affaire se sache (53% contre 40% pour les autres victimes d’agressions sexuelles) et pour éviter des épreuves supplémentaires (65% contre 54%).