Cet article date de plus de deux ans.

"Ce n'était pas à moi de descendre" : une jeune Toulousaine dénonce l'inaction d'un chauffeur alors qu'elle était harcelée

La régie des transports toulousains, Tisséo, a ouvert une enquête interne après avoir été interpellée par la mère de l'adolescente. Cette dernière annonce à franceinfo son intention de déposer une plainte. 

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une affiche contre le harcèlement sexuel dans le métro, station Jean Jaurès, à Toulouse (Haute-Garonne), le 6 mars 2018.  (MAXPPP)

"Harceleurs, adresseurs, frotteurs : c'est à vous de vous sentir seuls." Après la vague #MeToo et la libération de la parole des femmes, la nouvelle campagne de Tisséo, l'exploitant des transports publics de l'agglomération toulousaine, se veut intransigeante face aux agresseurs, représentés en monstres difformes et répugnants sur les affiches. Pourtant, vendredi 9 mars vers 19 heures, Eva, 16 ans, a constaté que le combat contre les harceleurs dans les transports en commun était loin d'être gagné. 

Alors qu'elle se trouvait dans la ligne 1 du bus, au niveau de la station Jean-Jaurès, l'adolescente a en effet subi les réflexions sexistes et les provocations d'un inconnu, qui a tenté de s'exhiber devant elle.

Visuel appartenant à la campagne de Tisséo contre le harcèlement dans les transports en commun.  (TISSEO)

"Il commence à défaire quelques boutons de sa braguette" 

"Un homme amusait la galerie en jouant à pierre-feuille-ciseau", raconte Eva, jointe par franceinfo, précisant qu'il "avait l'air émêché". Le trentenaire la prend à partie, lui signalant être célibataire. "Je ne suis pas intéressée", répond Eva, qui essuie alors des "blagues" sexistes. "Il me dit : 'Tu es une jolie fille, mais sans le visage. Non, je rigole'" et "commence à chercher un truc dans son jean. Il sort une boîte, puis une bouteille de son slip et commence à défaire quelques boutons de sa braguette", raconte la jeune femme. Ne se laissant pas impressionner, Eva répond à l'homme. 

"Je lui ai dit : 'Ecoutez, je suis mineure, je ne tiens pas à voir ça'. Et là, il s'énerve : 'Pourquoi tu regardes ma braguette ?' Personne ne disait rien." 

Eva

à franceinfo

Peu soutenue, la jeune femme décide de faire ce que la nouvelle campagne préconise, à savoir "alerter les agents Tisséo". En l'occurrence, le chauffeur du bus. "Je lui raconte et il me dit qu'une femme est déjà venue se plaindre car l'homme l'avait insultée", rapporte Eva. Avant de lui indiquer : "Je ne peux rien faire. Je ne peux pas quitter ma place." 

"Sa radio fonctionnait pourtant très bien, relève l'adolescente, indignée par la réponse du chauffeur. Il me disait : 'Il faut porter plainte, il faut appeler Tisséo.' Mais quand je lui demandais le numéro, il ne l'avait pas." Eva finit par descendre du bus. Mais "ce n'était pas à moi" de le faire, martèle celle qui a raconté l'histoire à sa mère. 

Une plainte va être déposée

"Elle a dû se débrouiller seule avec lui (...) en pleine campagne contre le harcèlement sexuel", tempête cette dernière, contactée par franceinfo. Scandalisée, Stéphanie Lamy a donc alerté la société sur Twitter. Tisséo "dit de prévenir les agents, mais ne précise pas quelles sont les suites. Peut-être qu'ils aurait réagi si les harceleurs avaient été des monstres ?", ironise la mère, en référence à la campagne largement critiquée sur les réseaux sociaux. 

"J'ai appelé le numéro qui figure sur Twitter. J'ai eu quelqu'un, mais on a été coupé au bout de 25 minutes. Personne ne m'a rappelée. On m'a dit de remplir un formulaire. Tout est fait pour décourager, dénonce-t-elle, avant d'annoncer son intention de porter plainte. Et si l'enquête interne ne nous satisfait pas, nous continuerons la mobilisation avec l'aide de collectifs féministes", prévient la mère d'Eva. 

Samedi après-midi, Jean-Michel Lattes, premier adjoint à la mairie de Toulouse en charge des déplacements et de la culture occitane, a indiqué sur Twitter s'être saisi du dossier. "L'attitude de ce chauffeur est totalement contraire aux formations qu'il a reçu. Le directeur suit personnellement ce dossier et vous serez – bien sûr – informée des suites qui seront données", a-t-il assuré à la mère d'Eva. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.