Agression filmée à Paris : Marie Laguerre a formellement identifié son agresseur sur photo, l'homme a reconnu les faits

Le suspect va être déféré au parquet de Paris en vue de sa comparution jeudi devant le tribunal.

La jeune femme a été frappée au visage à Paris, le 24 juillet 2018.
La jeune femme a été frappée au visage à Paris, le 24 juillet 2018. (CAPTURE ECRAN / MARIE LAGUERRE)

Marie Laguerre, l'étudiante parisienne de 22 ans qui avait publié sur les réseaux sociaux cet été les images de vidéosurveillance de son agression survenue à Paris, a affirmé mercredi 29 août sur franceinfo avoir formellement "reconnu sur photos" son agresseur plus tôt dans la journée. L'homme était en garde à vue depuis lundi, il va être déféré au parquet de Paris en vue de sa comparution jeudi devant le tribunal, a appris franceinfo de source judiciaire.

La confrontation dans les locaux du commissariat du 19e arrondissement de la capitale n'a pas été nécessaire, l'homme ayant "reconnu les faits" dans sa déposition, selon la jeune femme.

"J'étais censée l'identifier dans une pièce, pour voir si j'étais capable de le reconnaître, mais étant donné qu'il a reconnu les faits et que je l'avais déjà reconnu sur photos, je n'ai pas eu besoin de l'identifier dans une pièce, sa déposition a suffi", a déclaré Marie Laguerre.

"Il reconnaît les faits et il les explique par le fait qu'apparemment - je cite ses mots - je me dandinais dans la rue et que je suis passée exprès devant lui, ou quelque chose comme ça. Je pense qu'il aura la chance de s'exprimer jeudi pendant le jugement, donc il expliquera très certainement avec ses mots", a assuré Marie Laguerre.

Pas de justification ni d'explication

Les faits remontent au 24 juillet dernier, devant un café du 19e arrondissement de la capitale. Sur les images de vidéo surveillance, on voit un homme lancer un cendrier à la jeune femme puis venir la frapper en plein visage, devant plusieurs témoins médusés qui assistent à la scène depuis la terrasse du bar.

Interrogée sur les motivations de son agresseur, Marie Laguerre a simplement ajouté: "J'ai juste relu sa déposition pour voir si ça concordait avec la mienne, ce qui était le cas, mais je n'ai pas eu de justification sur pourquoi il a réagi comme ça".

Mais on la connaît, l'explication. Il estimait avoir le droit d'importuner les femmes dans la rueMarie Laguerreà franceinfo

"Le fait que je réponde", poursuit la jeune femme, "ça l'a sûrement blessé dans son ego, dans sa virilité, et il a eu une réaction violente". 

"Ce n'est pas un cas isolé, et c'est important d'agir, de réagir, pour faire bouger les choses", a expliqué Marie Laguerre, qui a lancé une plateforme pour recueillir des témoignages sur les violences subies dans la rue par les femmes.

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "violence volontaire avec arme et harcèlement sexuel" le 30 juillet, à la suite de la plainte de la jeune femme.