Affaire Richard Berry : ce que l'on sait des accusations de viols et d'agressions sexuelles qui visent le comédien

La fille aînée de l'acteur, Coline Berry-Rojtman, a porté plainte contre son père, qu'elle accuse de l'avoir forcée à des "jeux sexuels" lorsqu'elle était enfant. La plainte vise également sa belle-mère de l'époque, Jeane Manson. La chanteuse et le comédien démentent formellement ces accusations.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
Le comédien Richard Berry à Bordeaux (Gironde) le 24 avril 2015. (CONSTANT FORME-BECHERAT / HANS LUCAS / AFP)

Richard Berry au cœur d'un scandale. Le comédien et réalisateur de 70 ans est visé par des accusations d'inceste de sa fille aînée, Coline Berry-Rojtman, 45 ans. Une enquête préliminaire est ouverte depuis le dépôt, le 25 janvier, d'une plainte dénonçant "des faits de viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant et corruption de mineur", a précisé le parquet de Paris. La plainte vise aussi la compagne de Richard Berry à l'époque, la chanteuse américaine Jeane Manson.

Cette affaire éclate quelques semaines après le début d'une vague de témoignages sur les réseaux sociaux sous le hashtag #MeTooInceste, en écho à la parution du livre de Camille Kouchner, La Familia grande (Le Seuil), dans lequel elle accuse son ex-beau-père, le constitutionnaliste Olivier Duhamel, d'inceste sur son frère jumeau. Un mouvement d'une telle ampleur qu'Emmanuel Macron a pris la parole sur le sujet. Dans une vidéo publiée sur Twitter, le chef de l'Etat a appelé à "punir les criminels pour leurs actes passés, et pour empêcher toute récidive". 

De quoi est accusé Richard Berry ?

Le comédien et réalisateur est un visage connu du grand public, notamment pour ses rôles dans Le Grand PardonPédale douce, Quasimodo del Paris, ou ses prestations sur les planches comme dans la pièce à succès Plaidoiries, où il interprète cinq ténors du barreau. Il est aujourd'hui accusé par sa fille Coline, née de son union avec l'actrice Catherine Hiegel, de viols et d'agressions sexuelles.

Un message publié par Coline Berry sur Instagram mercredi 3 février 2021. (CAPTURE D'ECRAN INSTAGRAM)

Dans un message publié sur Instagram mercredi, elle précise avoir été, enfant, "embrassée par son père sur la bouche avec la langue" et avoir "dû participer à ses jeux sexuels dans un contexte de violences conjugales notoires".

"Ma narration des faits n'a jamais varié, nombre de témoignages peuvent être fournis."

Coline Berry-Rojtman

sur Instagram

Un article publié dans Le Monde (lien abonnés) donne plus de détails. "Quand le couple avait la garde des enfants en fin de semaine, il leur serait arrivé, le matin après leurs ébats, de convier ceux-ci dans la chambre parentale pour des jeux sexuels", est-il écrit dans la plainte consultée par le quotidien. Coline Berry-Rojtman assure avoir vécu "des dizaines de fois" entre ses 6 et 10 ans ce "jeu de l'orchestre", comme elle le nomme, durant lequel elle était amenée à toucher les "organes sexuels [de son père] et ceux de sa partenaire", précise la plainte.

L'autre enfant évoqué est S., une des filles de Jeane Manson, mariée à Richard Berry à l'époque des faits. Contactée par Le Monde le 22 janvier, S. ne "confirme rien" des faits dont est accusé le comédien. Coline Berry-Rojtman assure pourtant que, six jours plus tôt, S. lui a envoyé un texto dans lequel elle explique avoir "réussi à dépasser cet épisode et à tourner la page en ignorant ce personnage qui nous a fait du mal, bien différent de l'image publique qu'il se donne". "Je ne peux parler d'attouchements fort heureusement, poursuit S. Je ne sais ce qui s'est passé pour toi, mais je te soutiens dans ta démarche de dire la vérité." A la fin du mois de janvier, la fille de Jeane Manson a de nouveau assuré aux journalistes du Monde n'avoir jamais vu "Richard Berry avoir des gestes déplacés envers sa fille Coline".

Coline Berry-Rojtman attend désormais de la justice "que la vérité soit faite sur ce que [s]on père a fait subir à l'enfant qu['elle] étai[t], et sur la violence qu'il continue à tenter d'exercer sur [elle]".

Comment l'acteur a-t-il réagi ?

Le dépôt de plainte a été révélé mardi soir par franceinfo. L'acteur, au courant de l'action menée par sa fille, avait pris les devants en publiant lui-même sur Instagram un message dans lequel il dénonce des "allégations (…) fausses". Toujours sur ce réseau social, il raconte que les accusations ont démarré "il y a sept ans". "Alors que j'annonçais à ma famille que ma femme et moi attendions un enfant, Coline, elle-même enceinte, a réagi avec une violence extrême, puis, dans un mail envoyé à ma femme, elle a pour la première fois fait allusion au fait qu'elle aurait été abusée", affirme le comédien. Pourtant, lors de sa rencontre avec les journalistes du Monde fin janvier, il assurait que sa fille ne lui avait "jamais" fait part d'accusations d'attouchements sexuels avant la sortie du livre de Camille Kouchner.

Dans cet e-mail daté du 30 juin 2014, consulté par Le Monde, Coline Berry-Rojtman écrit à la compagne de son père : "Sais-tu enfin vraiment avec qui tu fais un enfant ? Cet homme 'admirable' ? Un homme qui a battu ma mère (…) et qui a abusé de moi !" Le même jour, elle écrit à son père : "Ça te rappelle quelque chose les jeux avec Jeane Manson ? (…) C'est normal d'embrasser sa fille sur la bouche avec la langue à 4 ans ? De prendre des bains avec elle ?" Sur Instagram, l'acteur "dément de toutes [ses] forces et sans ambiguïté ces accusations immondes".

"Je n'ai jamais eu de relations déplacées ou incestueuses avec Coline, ni avec aucun de mes enfants."

Richard Berry

sur Instagram

Il s'en prend au récit de sa fille, qui aurait "évolué avec le temps", et "à nouveau" après la parution du témoignage de Camille Kouchner. Ce récit "a été démenti, renouvelé et enrichi par elle au gré des interlocuteurs ou de l'actualité. Pendant des années, j'ai tenté de lui parler (…) sans succès. Je m'en suis ouvert à des psychiatres, à ma famille, à mes amis", affirme l'acteur, qui dit avoir "immédiatement fait écrire au procureur de Paris pour lui demander, malgré la prescription, qu'une enquête approfondie soit diligentée" pour établir la "vérité".

Le comédien, parrain de l'association de protection des droits de l'enfant Enfance majuscule, a fait lui-même ces révélations "non pas pour utiliser le tribunal médiatique, mais parce que l'information allait sortir", a assuré son entourage au Parisien. "Il a voulu anticiper, il ne veut pas se cacher. Il est affecté, triste, mais ne ressent pas de honte parce qu'il n'a rien à se reprocher. (…) C'est très difficile d'être accusé d'un truc que vous n'avez pas commis, mais il sait que la justice tranchera", a ajouté l'entourage.

Quelles sont les réactions des autres membres de la famille ?

Ces révélations ont eu l'effet d'une bombe au sein de la famille Berry. Elle aussi visée par la plainte, Jeane Manson a réfuté dans un communiqué des accusations "invraisemblables". Elle a également regretté d'être "prise à partie dans un règlement de comptes familial". "Jamais durant une courte vie commune et à l'occasion des droits de visite restreints de Richard Berry sur sa fille, je n'ai constaté des comportements inappropriés de celui-ci sur Coline", a-t-elle ajouté.

Mercredi soir, dans un témoignage enregistré et diffusé dans l'émission "Touche pas à mon poste", la chanteuse a dit être "horrifiée" par ces accusations et a dénoncé "une inquisition malsaine".

"C'est une affaire entre père et fille qui n'arrivent pas à se comprendre, ce n'est pas mon histoire."

Jeane Manson

dans "Touche pas à mon poste"

De son côté, Coline Berry-Rojtman assure être "soutenue" par sa mère Catherine Hiegel, par "des proches, ainsi que des membres de [sa] famille". "Je suis aux côtés de ma fille", a confirmé la comédienne au Point.

Dans Le Monde, Catherine Hiegel raconte notamment l'épisode d'un baiser avec la langue que lui aurait donné sa fille à l'âge de "3-4 ans". "Je lui ai dit : 'Qu'est-ce que tu fais, ça va pas ? C'est pour les amoureux, c'est pas pour maman.' Et là, elle m'a répondu : 'C'est comme ça que papa fait.' Je lui ai dit : 'Il a tort, faut lui dire.' J'ai appelé son père et j'ai pris une bordée d'injures atroces. Il m'a toujours fait peur." L'actrice relate avoir subi des violences conjugales de la part de Richard Berry, qu'il a reconnues dans Le Monde.

L'actrice Marilou Berry, cousine de Coline Berry-Rojtman, a également affiché son "soutien" à cette dernière sur Instagram. "Je n'ai pas grand-chose à dire, parce que je vais laisser ma cousine s'exprimer et je n'ai pas envie de lui voler la parole, a confié l'actrice au Parisien, si ce n'est que, comme depuis ces sept dernières années, je la soutiens et je la soutiendrai quoi qu'il arrive."

Au Monde, Marilou Berry affirme s'être "engueulée" à l'époque avec Richard Berry. "Il m'a dit : 'Coline est folle, c'est n'importe quoi, je ne veux plus jamais voir cette femme.' Je lui ai fait remarquer : 'Je trouve ça très bizarre comme réaction parce que la première réaction à avoir c'est aller lui parler, aller la voir, plutôt que de t'énerver et prendre un avocat'."

Un message publié par la comédienne Marilou Berry sur Instagram mercredi 3 février 2021. (CAPTURE D'ECRAN INSTAGRAM)

Où en est l'enquête ?

Si les faits sont a priori prescrits depuis 2014, année des 38 ans de Coline Berry-Rojtman – le délai de prescription à l'époque étant de 20 ans après la majorité –, le parquet a tout de même ouvert une enquête pour établir notamment s'il a pu y avoir d'autres victimes.

Cette enquête a été confiée à la brigade de protection des mineurs (BPM). Selon Le Monde, Coline Berry-Rojtman doit être entendue le 9 février. Les enquêteurs vont devoir faire la lumière sur des actes qui se seraient déroulés, selon la plaignante, entre 1984 et 1986, ainsi que sur l'existence d'éventuelles autres victimes, notamment la fille de Jeane Manson.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.