Affaire Olivier Duhamel : Elisabeth Guigou, proche du politologue, renonce à présider une commission sur l'inceste

Sa récente nomination pour cette mission avait été critiquée après la révélation des accusations d'inceste visant le politologue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancienne ministre de la Justice Elisabeth Guigou aux funérailles de Jacques Chirac, le 30 septembre 2019 à l'église Saint-Sulpice à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

L'ancienne ministre de la Justice Elisabeth Guigou, choisie pour présider une commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, annonce dans une déclaration écrite à l'AFP, mercredi 13 janvier, qu'elle n'occupera pas cette fonction. Des critiques s'étaient élevées après la révélation des accusations d'inceste contre le politologue Olivier Duhamel, donc elle est proche. Elle maintient qu'elle n'en avait jamais eu connaissance.

"Le climat actuel ne me permet pas de conduire cette mission avec la sérénité nécessaire, écrit-elle. J'ai donc pris la décision de passer le relais et de renoncer à présider cette commission."

Elisabeth Guigou

à l'AFP

Dans sa déclaration, Elisabeth Guigou affirme à nouveau qu'elle "a ignoré toutes ces années les faits gravissimes dénoncés par Camille Kouchner dans son livre". "Nous côtoyons tous des victimes et des agresseurs sans le savoir. Je ne fais pas exception à la règle", avait-elle déclaré dans une interview à L'Obs, le 5 janvier.

Depuis le 10 décembre, Elisabeth Guigou est à la tête d'une commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, dont la mission est prévue pour durer deux ans. Calquée sur le modèle de la commission Sauvé sur les abus sexuels dans l'église, elle doit permettre "que notre société avance sur ce sujet, ses travaux doivent permettre ce changement", expliquait-elle à L'Obs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.