Cet article date de plus de neuf ans.

Guerre des miss : Dailymotion renonce à diffuser le concours miss Prestige National

L'hébergeur de vidéos sur internet Dailymotion a décidé de ne pas diffuser le concours miss Prestige National, qui fait concurrence à miss France. La société Endemol, propriétaire de ce dernier concours de beauté lui a adressé un courrier de mise en garde, s'appuyant sur un jugement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Miss France : 1 - Miss Prestige National : 0. Le concours de reines de beauté créé par Geneviève de Fontenay pour tailler des croupières à l'éléction de miss France a perdu son principal diffuseur. La plate-forme d'hébergement de vidéos sur internet Dailymotion a en effet décidé de renoncer. Elle cède à un courrier de mise en garde envoyé par le propriétaire du concours miss France, Endemol.

Le courrier s'appuie sur un jugement du tribunal arbitral du 7 novembre, qui reconnaît la validité de la clause de non-concurrence qui lie Geneviève de Fontenay à Endemol jusqu'en 2013. Autrement dit, jusqu'à cette date, la dame au chapeau, qui avait claqué la porte après des désaccords avec Endemol, n'a pas le droit d'organiser une élection semblable à miss France. A la veille de l'élection, Endemol a envoyé des courriers et passé des coups de téléphones à tous les partenaires de miss Prestige national pour les menacer des foudres de la Justice.

Mais la société miss Prestige National jure que ces menaces sont sans fondement, car, après le jugement du tribunal arbitral, Geneviève de Fontenay s'est retirée de l'organisation. La bordée d'Endemol tomberait donc à côté de sa cible, du moins juridiquement, car médiatiquement, la décision de Dailymotion renvoie le concours quasiment au niveau de la confidentialité. Il ne reste plus aux miss dissidentes que leur site internet ou leur page Facebook.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.