11-Novembre : les commémorations se poursuivent samedi soir au musée d'Orsay

Le président de la République retrouve la chancelière allemande dans ce lieu où fut signé l'armistice de 1918.  

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Un lieu chargé de mémoire. Emmanuel Macron a commémoré le centenaire du 11-Novembre avec Angela Merkel, samedi 10 novembre, à Rethondes, dans la forêt de Compiègne, où fut signé l'armistice de 1918. Ensemble, ils ont rendu hommage aux soldats français et allemands morts lors de la Première Guerre mondiale. Les deux responsables doivent rejoindre, dans la soirée, plusieurs autres chefs d'Etat et de gouvernement au musée d'Orsay, pour une visite de l'exposition sur Picasso et un dîner protocolaire. 

>> Suivez notre direct du dimanche 11 novembre

Programme allégé pour le président américain. Donald Trump a annulé un déplacement prévu au cimetière américain de Bois Belleau, dans l'Aisne. "En raison d'une mauvaise météo, l'hélicoptère du chef d'Etat américain est dans l'impossibilité d'atterrir", selon France 3 Hauts-de-France. Il participera, dans la soirée, à un dîner au Musée d'Orsay en compagnie, entre autres, de son homologue français, Emmanuel Macron, et de la chancelière allemande, Angela Merkel. Une journée à suivre en direct sur franceinfo.fr et franceinfo canal 27. 

 Le tweet de Trump. Donald Trump a attaqué bille en tête Emmanuel Macron, dès son atterrissage en France, vendredi soir, dans un tweet ravageur, jugeant "insultants" les propos du président français qui avait plaidé, mardi, pour la création d'une "véritable armée européenne" pour se protéger notamment des Etats-Unis. Avant le début de leur entretien officiel, samedi matin, les deux hommes ont joué la carte de l'apaisement.

Une semaine d'itinérance. Emmanuel Macron a achevé, vendredi, sa tournée dans le Nord et l'Est par une halte dans la Somme, où il a visité avec la Première ministre britannique Theresa May le Mémorial franco-britannique de Thiepval.

Des visites émaillées de polémiques. Tout au long de la semaine, le périple entamé dimanche 4 novembre par Emmanuel Macron a été marqué par de nombreux contacts avec la population, virant parfois à l'invective. Le chef de l'Etat a également suscité une controverse après ses propos sur le maréchal Pétain, pour lequel il n'a, selon lui, "jamais été question d'avoir une célébration individuelle"

Le point culminant du centenaire. Dimanche, après une cérémonie le matin à l'arc de triomphe, aura lieu l'après-midi le Forum de Paris sur la paix, dans la grande halle de la Villette, en présence d'une soixantaine de chefs d'Etat. Angela Merkel doit prononcer le discours d'ouverture.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #11_NOVEMBRE

22h16 : Le président a aussi cité Jacques Prévert lors de son petit speech. "On reconnait la paix, comme la joie, au bruit qu'elle fait quand elle disparaît. C'est notre devoir de la protéger."

22h14 : Emmanuel Macron a prononcé un petit discours lors du toast avant de passer à table au musée d'Orsay. "Comme vous, je préfère les mimosas aux obus, je pense que nous avons beaucoup à faire", a déclaré le chef de l'Etat. "Nous sommes réunis ce soir, c'est le plus bel hommage que nous pouvions faire aux soldats", poursuit Emmanuel Macron, qui a aussi rappelé que la paix de 1918 avait débouché sur une guerre 20 ans plus tard.

09h09 : Fallait-il prendre part à la Première Guerre mondiale ? Si la question ne se pose pas en France, le débat demeure outre-Manche, comme l’atteste cette double tribune du Daily Telegraph. L’un des historiens qui s’expriment regrette que la Grande-Bretagne se soit compromise dans le conflit, en y perdant beaucoup plus (sa domination mondiale, son modèle de société libéral) que ce qu’elle n’y a gagné.

20h07 : Les invités au dîner de gala au musée d'Orsay arrivent petit à petit et très endimanchés. Parmi les têtes connues, Christine Lagarde, présidente du FMI, et la présidente croate, Kolinda Grabar-Kitarovic, qu'on n'avait pas pu manquer avec son maillot à damiers lors de la finale de la Coupe du monde.





(Eric FEFERBERG / AFP)

09h01 : Autre BD sur la Première Guerre mondiale : Madame Livingstone, de Christophe Cassiau-Haurie et de Barly Baruti, Cassiau-Haurie, publiée chez Glénat. Particularité : la Grande Guerre se déroule en terre africaine.

09h01 : je conseille aussi Verdun ! Superbe BD

09h00 : La Ligne de front de Manu Larcenet, qui bombarde Vincent Van Gogh en reporter de guerre.





19h22 : Si on parle BD jusqu'à la fin de la soirée, ça me va parfaitement. Vous continuez à proposer d'autres titres à notre sélection de titres sur la Grande Guerre.

08h59 : Dans un long article aujourd’hui le quotidien suisse 24 Heures rend hommage aux 1901 suisses morts sous l’uniforme français durant la Première Guerre mondiale.

19h09 : Grâce à @jean-louis, j'apprends qu'il y a eu des soldats suisses engagés sous l'uniforme français lors de la Première Guerre mondiale.

08h58 : Bonsoir à tous,Je vous propose aussi le diptyque Pour un peu de bonheur de Galandon sur les Gueules cassées, Putain de guerre et Le Dernier Assaut de Tardi, Les Oubliés de Premontre de Piatzszek.




(BAMBOO)




(CASTERMAN)




(FUTUROPOLIS)

08h57 : Mattéo. De Gibrat (à qui on doit aussi Le Vol du corbeau sur la Seconde Guerre).



(FUTUROPOLIS)

18h55 : Vos conseils BD en plus de notre sélection sur celles liées à la Grande Guerre sont les bienvenues !

18h48 : Mon arrière grand-père Georges Desbiens a été mobilisé comme sergent le 2 août 1914 dans le sang 48e régiment d'infanterie. Il était directeur de l'usine à gaz de son village de la Somme Cayeux-sur-Mer. Il est mort au combat le 5 avril 1915 à Riaville lors d'un assaut inutile visant à conquérir une colline inutile. Il a laissé ma grand-mère de 8 ans orpheline. Sa femme, mère au foyer, n'a pas conservé les bénéfices de la relative aisance que lui offrait la situation de son époux. Outre le veuvage et les traumatismes de la guerre qui a lourdement affecté la Somme, elle a connu les joies de la paupérisation... l'histoire familiale et les survivants de la boucherie témoignent de l'incroyable sacrifice des ouvriers et et "petites gens" jeter en pâture au feu ennemi pour satisfaire les volonté de gloriole des maréchaux de France. Je pense et si ma grand-mère était toujours dans notre monde, elle vivrait particulièrement mal la glorification de ces grands maréchaux sanguinaire.

08h56 : mon grand-père maternel était estafette à cheval, il parcourait tous les champs de bataille où il se trouvait pour porter des messages. Il n'a jamais été blessé mais il n'a jamais voulu parler de ce qu'il avait vécu car c'était trop terrible. Mon grand-oncle a été blessé deux fois, la première fois au cou et la seconde fois au bras (en 1980, un morceau de capote bleue a été retiré de son bras). Mon arrière-grand-père paternel a été gazé et il est mort des suites de cela, trop tard pour que son nom soit inscrit sur un monument aux Morts (1921)

18h47 : Vous êtes nombreux à partager vos souvenirs familiaux de la guerre. Et comme on ne s'en lasse pas, en voici de nouveaux.

18h39 : Et aussi "Ambulance 13", très belle série dont le dernier tome qui vient de sortir est dédié à tous les acteurs inconnus des services de santé pendant la guerre.(Ordas ,Cothias et Mounier)




(BAMBOO)

18h39 : Dans les commentaires, nous conseille, en plus de notre sélection de 11 BD sur la Première Guerre mondiale, une autre série chère à son coeur.

08h53 : Le Figaro s'est intéressé aux monuments aux morts les plus insolites de France. A Boën-sur-Lignon, dans la Loire, on peut voir Vercingétorix main dans la main avec un poilu. Ou à Gentioux-Pigerolles, dans la Creuse, un enfant qui écrit "Maudite soit la guerre" sur le monument.

08h51 : @anonyme C'est un choix de notre part de nous concentrer sur des albums plus récents que ce chef-d'œuvre sorti en 1993.

18h15 : Rien sur Tardi dans votre sélection ? Le plus réaliste des dessinateurs sur 1914 / 18. "C’était la guerre des tranchées", incontournable.

18h05 : J'ai fouillé dans ma (grande) bibliothèque pour vous proposer cette sélection de 11 BD à lire pour le 11-Novembre. Jeunesse, absurde, fresque historique, petite histoire, il y en a pour tous les goûts.

18h00 : A quoi ressemblait le quotidien dans les tranchées ? La BBC a reconstitué la bande sonore d'une journée ordinaire au front, entre les explosions d'obus et les bruits de la nature. Une séquence mise en images par le dessinateur Marko.

18h02 : Mon grand-père paternel, dernier enfant d'une famille de 21 enfants, s'est engagé en 1916 à l'âge de 18 ans, après la mort du neuvième de ses frères et du septième de ses beaux-frères. Il est resté un an à Verdun et a été blessé en 1917 au Chemin des Dames. Il n'avait que 20 ans à la fin de la guerre.

17h59 : Mon grand-père a eu la chance d'éviter les tranchées. Disparu à 32 ans le 09-09 1914 laissant 2 enfants dont 1 de 4 mois (mon père).

18h02 : Mes deux grands-pères ont été tués en août 1914, soit 15 jours après le début des hostilités. Ils sont partis la fleur au fusil et leurs veuves et leur famille ont été fières d'eux. Bien sûr ils avaient tort, mais ramener cela à de la résignation est leur faire injure 100 ans après.

18h01 : Arrière-petite-fille de gueule cassée. Mon arrière-grand-père a voué une certaine rancœur envers les officiers, qu'il considérait comme incapables et incompétents. Il avait participé à la bataille du Chemin des Dames où il fut mutilé parce que les officiers préféraient les envoyer se faire massacrer plutôt qu'avoir une stratégie. Son fils (mon grand-père) a refusé durant la Seconde Guerre mondiale de devenir officier à cause de cette rancœur. Il m'avait dit toute petite que la médiocrité des officiers (francais de la seconde guerre) étaient largement pire que ce qu'il avait imaginé.

17h59 : Vous continuez à nous faire part de vos souvenirs de vos grands-parents sur la Première Guerre mondiale, continuez !

17h48 : Ce soir, direction la salle de bal du musée d'Orsay pour un dîner de gala avec Donald Trump, Theresa May, Angela Merkel, Justin Trudeau... On ignore encore quel sera le menu, mais on ne manquera pas de vous tenir informés.

17h45 : Tout à l'heure, nous nous amusions du pot d'échappement de la voiture de Donald Trump. Mais il n'y a pas que ça d'incroyable dans la voiture Force One. De marque Cadillac, l'engin pèse 9 tonnes, coûte 1,5 million de dollars et comprend un frigo avec des poches de sang du groupe sanguin de Donald Trump. Les vitres sont aussi épaisses que celles d'un Boeing 757. Son petit nom : "the beast", la bête en VF. On comprend pourquoi à la lecture de cet incroyable article de NBC.

17h47 : Demain dès 8 heures, France 2 et franceinfo canal 27 vous proposent une émission spéciale commune sur les commémorations de l'armistice de 1918. N'hésitez pas, si vous avez des questions sur le programme de la journée, sur des points historiques ou politiques, nous les transmettrons et certaines seront posées à l'antenne.

17h27 : Quatre lettres, pas plus, dans le tweet d'Emmanuel Macron qui résume son après-midi avec Angela Merkel.