Cet article date de plus de six ans.

Grande Guerre : il y a 100 ans débutait la bataille de Verdun

C'était il y a 100 ans jour pour jour. Les soldats français et allemands s'apprêtaient à vivre 300 jours d'enfer. La France commémore à partir de dimanche le centenaire de la bataille de Verdun.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Des soldats français près du fort de Vaux à proximité de Verdun © Denise Follveider / Reuters)

Elle est restée dans les mémoires comme un des combats les plus meurtriers de l'Histoire. La bataille de Verdun démarrait il y a tout juste 100 ans, le  21 février 1916. La France lance ce dimanche une année de commémorations. Et pour commencer, une messe sera célébrée ce dimanche à l'ossuaire de Douaumont, nécropole nationale.

A LIRE AUSSI ►►► INFOGRAPHIE - 100 ans après la bataille de Verdun : retour en enfer

Un déluge d'obus

Retour le 21 février 2016. La stratégie de l'armée allemande est simple: elle assomme de bombes les Français. C'est une pluie de 1.000 obus au mètre carré. Les déflagrations s'entendent jusqu'à Nancy. C'est un vrai cauchemar qui dure jour et nuit.

Dans les tranchées, les soldats vivent un enfer dans les pires conditions qui soient. Le bilan de ces 10 mois de combats approche les 715.000 victimes, tuées ou blessées. Il y en a 362.000 côté français, presque autant côté allemand.

Cette boucherie restera dans les annales pour son résultat presque nul. Malgré les moyens mis en oeuvre, les avancées militaires seront finalement inéxistantes. La bataille débouchera sur un retour à la situation antérieure, ce qui pour la France est déjà une victoire.

Le Mémorial remis à neuf

Le Mémorial de Verdun a fait peau neuve. Après deux ans de travaux, ce mémorial érigé en 1967 à l'initiative d'anciens combattants, ouvre ses portes au public à partir de demain.

Gaële Joly a visite le nouveau Mémorial de Verdun en avant-première
écouter

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.