Cet article date de plus de huit ans.

Finistère: un manifestant contre l'écotaxe a eu la main arrachée

Des heurts ont éclaté samedi à Pont-de-Buis, dans le Finistère, entre les forces de l'ordre et des opposants à l'entrée en vigueur de l'écotaxe sur les poids lourds au 1er janvier. Ces affrontements violents ont fait au moins trois blessés, un gendarme et deux manifestants, dont l'un a eu la main arrachée, vraisemblablement par une grenade lacrymogène.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Vincent Mouchel Maxppp)

Lancer de projectiles contre
grenades lacrymogènes... Des heurts ont éclaté en début d'après-midi samedi aux
pieds d'un portique écotaxe à Pont-de-Buis, dans le Finistère, entre les forces de l'ordre et plus d'une centaine d'opposants à l'écotaxe.

Ces affrontements violents ont fait au moins trois blessés, un gendarme et deux manifestants, dont l'un a eu la main arrachée par une grenade. Contactée par France Info, la Préfecture du Finistère confirme cette information, sans plus de précisions sur la gravité de la blessure et l'état de santé du manifestant. 

Les manifestants déterminés à aller jusqu'au bout

Bonnets rouges sur la tête, symboles de la révolution antifiscale en Bretagne au XVIIe siècle, les manifestants, qui en fin d'après-midi étaient plus d'un millier, agriculteurs pour la plupart, semblaient déterminés à rester tant que
ce portique, le dernier encore debout dans la région, ne sera pas tombé.

Rassemblés depuis le
matin sur la RN165 entre Brest et Quimper, dont ils bloquent la circulation avec plus de 200 de camions équipés de remorques remplies de choux-fleurs
et de bottes paille, ils tentaient toujours en fin de journée de faire reculer les 150 gendarmes mobiles qui tentent de protéger la borne écotaxe.

Cette manifestation, à l'appel
du "collectif pour l'emploi en Bretagne", vise à protester contre l'écotaxe
sur les poids lourds, qui doit entrée en vigueur le 1er janvier 2014.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.