Fête des voisins : consultez ces portraits-robots avant l'apéro

Quelque 8,5 millions de Français devraient participer, vendredi soir, à la 15e édition de cette initiative. Pour vous aider à passer une bonne soirée (et pour éviter les trouble-fêtes), voici quelques profils-types de voisins.

Une fête des voisins le 28 mai 2015, à Lille (Nord).
Une fête des voisins le 28 mai 2015, à Lille (Nord). (CITIZENSIDE/THIERRY THOREL / AFP)

Le rituel est immuable depuis quinze ans. Chaque année, à la même période, une affichette est placardée dans le hall de l'immeuble ou dans le quartier. Tous les voisins sont invités à se réunir dans la cour, le jardin, voire la rue, pour passer une soirée ensemble. Vous l'avez compris, vendredi 29 mai, c'est la fête des voisins. Pour cette 15e édition, francetv info dresse les portraits-robots des voisins que vous retrouverez – ou pas – ce soir.

Les motivés

Ils sont allés chercher des ballons pour décorer l'immeuble. Ils les ont d'ailleurs déjà gonflés avec amour. Ils ont aussi fait le plein de boissons et de biscuits apéritifs. Les cordons-bleus ont potassé leurs livres de cuisine pendant des jours à la recherche des recettes qu'ils vont vous servir. Ceux-là sont en cuisine depuis plusieurs heures en prévision de l'événement. Ce soir, ils porteront le T-shirt de la fête des voisins. D'ailleurs, ils ont déjà installé les chaises et les tables.

Les pique-assiettes

Ceux-là viendront les mains vides, mais repartiront le ventre plein.  

Les dragueurs

La fête des voisins est pour eux le moment idéal pour faire des rencontres. Et plus si affinités.

Les asociaux

Ce soir, en rentrant du travail, ils feront tout pour vous éviter. Ils trouveront une bonne excuse pour esquiver votre invitation et resteront cloîtrés chez eux. Sans bruit, dans le noir, de peur que vous veniez les chercher.

Les aigris

Ils n'iront pas à ce grand moment de convivialité annuel parce qu'ils vivent déjà un peu trop près de leurs voisins à leur goût. Le rosé et les saucisses cocktail ne leur feront pas oublier le voisin bricoleur, sa perceuse du dimanche matin et ses déménagements de meubles intempestifs. Ou son acolyte, le fêtard, qui a le chic pour sonoriser tout l'immeuble à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Sans compter le couple très amoureux et ses bruyants ébats nocturnes. Ou l'anonyme délateur qui laisse ses petits mots accusateurs dans l'ascenseur. Autant de bonheurs de la vie en communauté compilés sur Chers Voisins ou Mes Voisins Baisent.

Les passifs-agresseurs

Ce sont les mêmes que les précédents. Sauf qu'ils ont passé un cap. Cyanure, eau bouillante, armes à feu... Ils ont déjà songé – plus d'une fois – aux meilleurs moyens de se débarrasser de ces voisins nuisibles qui polluent leur vie.