Féminicide à Mérignac : "L'insécurité, c'est aussi l'insécurité de ces femmes", estime l'eurodéputée Manon Aubry

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Féminicide à Mérignac : "Il y a eu des défauts à la suite de signalements", estime Manon Aubry
Article rédigé par
France Télévisions

La députée européenne de La France insoumise était l'invitée de "Votre instant politique" lundi sur franceinfo canal 27. Elle est revenue sur la mort d'une jeune femme à Mérignac, tuée par son mari, le 4 mai. 

"Je pense à cette femme de 31 ans. C'est le 39e féminicide", a rappelé l'eurodéputée de la France insoumise Manon Aubry en évoquant lundi 10 mai dans l'émission "Votre instant politique" la mort de cette mère de trois enfants, tuée par son mari à Mérignac (Gironde). Chahinez a été brûlée vive par un homme contre lequel elle avait, à plusieurs reprises, porté plainte", a souligné l'élue.

Manon Aubry a pointé du doigt "des défauts" dans le processus "à la suite de ces signalements. Cet homme n'a pas été arrété". L'époux de Chahinez avait été condamné il y a moins d'un an pour violences conjugales. "L'insécurité, c'est aussi l'insécurité de ces femmes", estime la parlementaire.

Cette dernière a abordé ensuite plus largement le thème, en citant notamment les priorités de son mouvement. "Nous faisons des propositions pour refonder la police républicaine", a-t-elle expliqué. La France insoumise "se bat pour rétablir une police de proximité" et "pour rénover les commissariats, donner davantage de moyens au renseignement", a ajouté Manon Aubry. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Féminicides

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.