Cet article date de plus de six ans.

Femen : un nouveau coup d'éclat qui passe mal

Le groupe féministe radical a diffusé, vendredi, une vidéo sur son compte Twitter, où l'on peut voir un prêtre enlevé dans la rue par des Femen. Très vraisemblalement une opération de communication. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Capture écran d'une vidéo présentant des Femen en train d'enlever un prêtre, un acte revendiqué par le groupe féministe le 21 novembre 2014. (FEMEN FRANCE / FRANCETV INFO)

Coup de com' spectaculaire ou action radicale ? Les Femen ont diffusé sur leur compte Twitter, vendredi 21 novembre, une vidéo se présentant comme l'enlèvement d'un prêtre par trois militantes aux seins nues. La séquence, qui semble avoir été filmée par une caméra située à une trentaine de mètres de la scène, dure une quarantaine de secondes. On y voit un homme, habillé en prêtre, discuter avec une femme, en face d'une église. Puis, sortant soudain de leur voiture, trois Femen cagoulées lui sautent dessus et le l'emmènent de force dans le véhicule. 

Le message qui accompagne la vidéo explique ce geste. "Femen demande l'annulation de la venue du pape le 25 novembre au Parlement européen contre la libération de l'otage. Dieu n'est pas un magicien. Le pape n'est pas un politicien", écrivent celles qui ont été relaxées en septembre pour avoir dégradé une cloche de la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris. Les Femen ont également tweeté également après 17 heures une photo du "prêtre" censé être leur otage.

Une scène tournée près d'une église d'Asnières ?

Selon nos informations, aucune paroisse parisienne ne s'est manifestée vendredi soir pour faire état de la disparition d'un curé. L'église visible dans la vidéo ne ressemble par ailleurs à aucun bâtiment de la capitale. Mais selon Rue 89, elle pourrait être celle de Notre-Dame du perpétuel secours à Asnières (Hauts-de-Seine), comme l'a signalé un internaute. "Ridicule : j’y étais, je suis allé les voir : 'C’est un projet étudiant', disent-elles. C’est devant l’Eglise Notre-Dame du perpétuel secours, à Asnières. L’homme déguisé en prêtre avait un accent anglais et s’entendait à merveille avec ces flasques femelles furieuses", explique-t-il.

Enfin, un compte Twitter a relayé l'information en même temps que les Femen, mais ce compte a été créé il y a moins d'un jour, et n'a que huit tweets à son actif. Ce qui laisse penser qu'il a pu être créé par les Femen pour appuyer leur coup de communication. 

Des internautes indignés

Très rapidement, des internautes ont mis en doute la véracité des faits. Photos à l'appui, @Fikmonskov montre que l'homme présenté comme un prêtre aurait, en fait,déjà participé à d'autres manifestations aux côtés des Femen, habillé d'un jean et d'un soutien-gorge rose.

La scène diffusée sur les réseaux sociaux a, quoi qu'il en soit, provoqué la colère. De nombreux internautes ont tweeté leur indignation.

Des poursuites possibles

Interrogée par francetv info, Inna Shevchenko, leader de ce mouvement féministe, a refusé de s'exprimer. Elle assure que d'autres nouvelles seront bientôt mises en ligne par les Femen à ce sujet.

La police, elle aussi, refuse aussi de s'exprimer. Si l'enlèvement se révélait vrai, elles risqueraient jusqu'à 20 ans de prison. S'il était faux, elles pourraient être poursuivies pour "faux", un délit puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. Encore faut-il qu'une plainte soit engagée ou que le ministère public décide d'engager des poursuites à leur encontre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.