Cet article date de plus de huit ans.

Faute d'argent, 360 personnes privées d'hébergement d'urgence

Quelque 360 personnes, dont plus de 150 enfants, sont privées d'hébergement d'urgence à Clermont-Ferrand. Elles vont pour la plupart passer la nuit de lundi à mardi dehors. L'association chargée de les loger dénonce un financement insuffisant de l'État.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est un coup dur pour les 360 personnes qui bénéficient
d'un hébergement d'urgence à Clermont-Ferrand. Faute de financement, elles vont
passer la nuit de lundi à mardi dehors. Le conseil d'administration de l'ANEF,
l'association gestionnaire du 115 dans le Puy-de-Dôme, a décidé de ne plus
payer les hôteliers assurant ces hébergements à compter du 2 septembre.

"Depuis janvier 2013, l 'État ne nous a remboursé que 5% environ des 350.000 euros
par mois que nous avons engagés pour loger ces personnes"
, a indiqué Gilles Loubier, le directeur général de l'ANEF.
"Nous ne pouvons plus continuer car ce serait mettre en danger la survie
de l'association et de ses 110 salariés"
, a-t-il précisé.

Conséquence,
plusieurs dizaines de personnes – dont beaucoup de
demandeurs d'asiles ou de déboutés du droit d'asile mais aussi des SDF et des
femmes avec enfants – se retrouvent sur les trottoirs de Clermont-Ferrand.
Certaines se sont installées avec enfants et bagages place de Jaude dans le
centre-ville. D'autres ont investi l'église des Minimes située sur cette même
place.

"Les moyens seront débloqués"

De son côté, la préfecture du Puy-de-Dôme a appelé lundi à
"rétablir et maintenir le 115, dont le fonctionnement est d'ores et déjà
financé pour l'année 2013", tout en affirmant que "dans l'immédiat,
des moyens de trésorerie suffisants seront débloqués par l'État afin de faire
face temporairement aux besoins de l'hébergement hôtelier".

La situation restait cependant "bloquée" lundi
soir après une réunion en préfecture, d'après l'ANEF. En trois ans, le nombre
de personnes bénéficiant d'un hébergement d'urgence dans des hôtels est passé à
Clermont-Ferrand d'une centaine à près de 400. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.