Vidéo La princesse Elizabeth et le duc d'Edimbourg, un couple "glamoureux" qui séduit la France lors de sa première visite en 1948

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
VIDEO. La princesse Elizabeth et le duc d'Edimbourg, un couple "glamoureux" qui séduit la France lors de sa première visite en 1948
Article rédigé par
France Télévisions

C’est une toute jeune princesse francophile, mariée depuis un an au prince Philip, qui arrive à Paris en ce mois de mai 1948. Et la France tombe sous le charme… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 11 avril 2021.

Pour son premier voyage à l’étranger, du 14 au 17 mai 1948, soit trois ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la princesse Elizabeth, 22 ans, a choisi la France et Paris. La future reine d’Angleterre, enceinte de son fils Charles, est accompagné du duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril 2021, à qui elle est mariée depuis le 20 novembre 1947. "C’est une très jolie femme accompagnée de son mari, de la Marine, bel homme, donc, c’est un couple très 'glamoureux' finalement", dit le journaliste britannique Philip Turle au magazine "13h15 le dimanche" (replay). Ils se rendent tout d’abord à l'Elysée où les attend le président de la République René Coty (1947-1954).

"Elle n’est pas encore reine [son couronnement a lieu le 2 juin 1953], donc, elle n’est pas connue du public français, précise-t-il. On l’assimile peut-être un peu à une vedette américaine, à Hollywood… Une jeune et jolie fille, mais qui n’a finalement pas beaucoup d’intérêt." Isabelle Rivière, auteure de la biographie Elizabeth II, dans l’intimité du règne (éd. Fayard), ajoute : "Elle n’a pas encore fait ses preuves. Elle est encore… j’allais dire... débutante dans le métier. Personne ne la connaît vraiment, en tout cas en France, où personne n’a jamais entendu le son de sa voix."

"Le début d’une grande histoire d’amour"

A la surprise générale, la jeune princesse s’adresse dans un français parfait, presque sans accent, à son auditoire : "Monsieur le Président, mesdames, messieurs, il faut que nous puissions mettre en commun les dons et les vertus qui sont notre héritage le plus cher. La France et la Grande-Bretagne se doivent de prendre la direction de ce mouvement, car la richesse est incomparable, dès lors qu’elle se mesure en idée, en sagesse et en expérience." Pour Philip Turle,"les Français se disent : 'Mais elle est très bien cette femme, elle est très belle et en plus elle parle français'."

La biographe Isabelle Rivière précise : "Sa mère avait insisté très tôt pour que sa fille apprenne la langue de Molière et qu’elle la parle couramment. Elle est l’héritière de la longue tradition de francophilie de la famille régnante. Et on va rapidement s’apercevoir que cette jeune femme est en réalité un homme d’Etat." La princesse poursuit son discours : "Je ne puis vous dire toute la joie que j’éprouve aujourd’hui à me trouver enfin parmi vous." Les Français semblent séduits et, pour le journaliste britannique, "cette visite de 1948 marque le début d’une grande histoire d’amour".

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.