Vincent Lambert : une affaire qui divise la France depuis dix ans

Le cas de Vincent Lambert, en état végétatif à la suite d'un accident de la route, nourrit le débat public sur la fin de vie depuis dix ans. 

FRANCEINFO

C'est un feuilleton qui secoue l'Hexagone depuis plus de dix ans. À la suite d'un grave accident de la route, Vincent Lambert a été placé dans le coma en 2008. Depuis 2013, date de la première décision judiciaire concernant son maintien en vie, sa famille se déchire autour de son sort. Ses parents s'opposent à l'arrêt des soins et trouvent des soutiens du côté de l'Église. "Je confie à vos prières des personnes comme Vincent Lambert. Prions pour que chaque malade soit toujours respecté dans sa dignité et avec un grand respect pour la vie", lançait le pape François en avril 2016. Certains politiques, généralement à droite, se positionnent également contre l'arrêt des soins. "On n'est pas dans le cas d'un acharnement thérapeutique puisqu'il ne survit pas grâce à des machines", estime Marine Le Pen.

La Cour d'appel ordonne la reprise des soins 

De l'autre côté, le neveu et la compagne de Vincent Lambert sont en faveur de l'arrêt des soins, soutenus par le corps médical. "Savoir laisser partir c'est bien plus difficile que de maintenir en vie", confie Éric Kariger, ancien médecin du patient. "C'est la défaite d'une capacité dans notre pays à gérer la fin de vie", a commenté Yannick Jadot, tête de liste EELV aux européennes, à propos de la décision de la Cour d'appel de reprendre les soins lundi 20 mai. Cette nouvelle décision de justice va continuer de nourrir le débat sur la fin de vie.

Pierre et Viviane Lambert, les parents de Vincent Lambert, devant le CHU de Reims, le 19 mai 2019.
Pierre et Viviane Lambert, les parents de Vincent Lambert, devant le CHU de Reims, le 19 mai 2019. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)