Convention citoyenne sur la fin de vie : "C'est bien la représentation nationale qui tranchera", affirme Elisabeth Borne avant le début des travaux

Les personnes sélectionnées doivent travailler jusqu'au printemps pour rédiger un rapport. Leurs recommandations doivent servir de "pierre angulaire" aux débats sur le sujet.

Ce qu'il faut savoir

La convention citoyenne sur la fin de vie va débuter ses travaux. En préambule d'un premier week-end à pied d'œuvre, la Première ministre, Elisabeth Borne, a pris la parole. "Il y a peu de sujets plus sensibles et graves que celui qui vous a été confié, a-t-elle déclaré. Nous ne pouvons ignorer la détresse de ceux qui demandent une aide active à la fin de vie." Les 185 participants à cette convention, venus de toute la France, doivent se retrouver à neuf reprises au siège du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et ont pour mission la rédaction d'un rapport qui sera remis à Matignon d'ici la fin mars 2023. Ce direct est terminé.

La Première ministre s'est déjà montrée prudente. "Les conclusions de la Convention citoyenne recueillies par le Cese serviront à éclairer le gouvernement", a écrit Elisabeth Borne dans sa lettre de saisine. Contrairement à la Convention citoyenne pour le climat, celle dédiée à la fin de vie ne sera pas dotée d'un comité légistique chargé de retranscrire les propositions sous forme de loi. Ces "citoyennes et citoyens n'ont pas pour mission d'écrire la loi", a acté le Cese. "C'est bien la représentation nationale qui tranchera", a souligné Elisabeth Borne, vendredi, devant les membres de la Convention.

Quatre mois de travaux. C'est en mars que les différents ateliers mettront leurs travaux en commun et travailleront à la rédaction de leur rapport lors d'une "phase d'harmonisation et de restitution". Le dernier week-end de travail est prévu du 17 au 19 mars.

D'autres discussions déjà entamées. La présence d'Elisabeth Borne pour l'installation de cette Convention citoyenne a été longtemps incertaine. La position de l'exécutif est d'autant plus difficile à appréhender que le gouvernement a lui-même engagé des discussions sur la fin de vie, avec des parlementaires et des soignants.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FIN_DE_VIE

16h38 : Alors que la convention citoyenne débute ses travaux sur la fin de vie en France, le Parlement portugais a de son côté une nouvelle fois voté une loi dépénalisant "la mort médicalement assistée". C'est désormais au tour du chef de l'Etat conservateur, Marcelo Rebelo de Sousa, de décider s'il promulgue cette loi, s'il la soumet à l'examen de la Cour constitutionnelle, ou s'il pose son veto, comme il l'a déjà fait à deux reprises par le passé.

16h04 : "Ces échanges vont contribuer aux décisions que prendra le gouvernement sur la nécessité d'envisager ou non des précisions ou des évolutions de notre cadre légal. Ils contribueront également au débat parlementaire", poursuit Elisabeth Borne. La Première ministre insiste : "C'est bien la représentation nationale qui tranchera."


16h00 : "Les réflexions que vous conduirez et les propositions que vous ferez constitueront pour mon gouvernement un éclairage majeur. J'en prends l'engagement : nous reviendrons devant vous pour vous présenter les suites qui seront données à vos travaux et nous vous éclaireront sur la prise en compte de vos réflexions et de vos recommandations", promet Elisabeth Borne aux participants de la Convention.


15h56 : Elisabeth Borne appelle à la "transparence" sur ce sujet sensible. Elle annonce que les auditions menées par les membres de la Convention seront retransmises sur le site du Conseil économique, social et environnemental (Cese).

15h51 : "Nous ne pouvons ignorer la détresse de ceux qui demandent une aide active à la fin de vie", estime Elisabeth Borne.

15h50 : La Première ministre s'exprime en ouverture des travaux de la Convention citoyenne sur la fin de vie. "Il y a peu de sujets plus sensibles et graves que celui qui vous a été confié", déclare Elisabeth Borne aux 185 citoyens, âgés de 18 à 87 ans, qui participent à cette convention.




14h24 : Les 175 participants à cette convention, venus de toute la France, vont se retrouver à neuf reprises au siège du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et auront pour mission la rédaction d'un rapport qui sera remis à Matignon d'ici la fin mars 2023. Pour en savoir plus sur l'organisation de la convention, je vous invite à lire l'article de mon collègue Yann Thompson.

Composée de 170 citoyens tirés au sort, la Convention citoyenne sur la fin de vie se réunit pour la première fois à Paris, le 9 décembre 2022. (ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

(ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

14h20 : La Convention citoyenne sur la fin de vie se met au travail. En préambule d'un premier week-end à pied d'œuvre, la Première ministre, Elisabeth Borne, prendra la parole vers 15 heures. Vous pourrez suivre sa prise de parole dans ce live.

14h00 : A 14 heures, voici un nouveau point sur les principaux titres de l'actualité :

"Tout le monde peut se faire vacciner" pour un rappel, assure le ministre de la Santé. "Ce n'est pas normal" et "pas acceptable" que des pharmaciens refusent de vacciner des moins de 60 ans, selon François Braun.

Les travaux de la Convention citoyenne sur la fin de vie s'ouvrent aujourd'hui. Une nouvelle assemblée de citoyens tirés au sort aura pour mission de réfléchir à l'accompagnement des personnes avant la mort.

• L'objectif de "passer l'hiver sans difficultés et sans coupures est à notre portée", assure Bruno Le Maire. EDF a annoncé la remise en service dans la nuit de deux réacteurs nucléaires supplémentaires. Le réseau électrique français tourne donc actuellement avec 40 réacteurs connectés sur 56.

Brittney Griner a atterri au Texas. Détenue en Russie depuis neuf mois, la basketteuse américaine a été libérée hier dans le cadre d'un échange de prisonniers avec Moscou, contre le trafiquant d'armes russe Viktor Bout.