Reportage Dans un collège de Poitiers, les élèves lâchent leur téléphone en échange de récompenses : "On voit ça plutôt comme un jeu"

Une start-up bordelaise a développé une pochette éducative, "Pozzz", qui régule le temps d'utilisation du téléphone des adolescents en échange de récompenses. Le dispositif est expérimenté dans un collège de Poitiers depuis début avril, avec un certain succès. 

Article rédigé par
Noémie Bonnin - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un élève teste l'étui Pozzz, à Poitiers (Vienne), mai 2022 (NOEMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

Dans la cour de récréation du groupe scolaire privé Isaac de l'Étoile, à Poitiers, de nombreux groupes d'élèves ont les yeux rivés sur leur écran. Anaïs, élève de seconde, elle, se satisfait : "Avant, j'étais à sept heures par jour devant mon téléphone. Aujourd'hui, je suis à quatre heures." L'adolescente d'une quinzaine d'années fait partie de ces élèves qui expérimentent une pochette éducative et connectée, "Pozzz", créée par la start-up bordelaise Genius Objects. La pochette aide à réguler le temps d'utilisation du téléphone, en échange de récompenses multiples, comme des places de cinéma ou de karting.

Ce groupe scolaire privé poitevin teste le dispositif depuis début avril pour certains de ses 2 000 élèves, en classes de 5e et seconde. À plusieurs moments de la journée, Anaïs glisse son téléphone dans la fameuse pochette, une sorte d'étui avec fermeture éclair. Grâce au Bluetooth, une application compte le temps où l'appareil n'est plus utilisé.

Une vingtaine de pochettes expérimentées 

"Lâcher son téléphone, ne plus regarder les réseaux sociaux et ne plus passer son temps sur les réseaux sociaux, c'était compliqué au début", explique l'adolescente de quinze ans. "Avant, quand je faisais mes devoirs, j'avais mon téléphone juste à côté de moi et quand je recevais une notification, je le regardais." Anaïs a désormais plus de temps dans ses journées. Elle dit profiter de ces instants "pour passer un peu plus de temps avec ma famille et à lire."  

Plus les temps de pause du téléphone sont longs, plus les ados gagnent des points qui leur permettent de décrocher des récompenses. Le groupe scolaire met environ 500 euros pour les financer. "Tu te rends compte que tu n'as pas vraiment besoin de ton téléphone. Si tu le regardes seulement de temps en temps, ça suffit", estime Arthur, élève de cinquième, qui vient de remporter une séance d'accro-branches, grâce à sa déconnexion. "On voit ça plutôt comme un jeu et on est même récompensés pour arrêter notre téléphone !", sourit Paul, élève de cinquième.

"Je trouve que c'est très éducatif car ce ne sont pas tes parents qui te crient dessus pour te demander d'arrêter ton téléphone."

Paul, élève de cinquième

à franceinfo

Pour l'instant, une vingtaine de pochettes sont expérimentées dans l'établissement. Et chaque élève joue le jeu. "Cela permet de les responsabiliser, estime Jérôme Schimizzi, le référent numérique dans le groupe scolaire. Je ne suis pas convaincu que ça marcherait aussi vite et aussi bien sans récompense. On leur parle avec leurs mots et leur univers. Du coup, ce n'est pas quelque chose d'has been ou de contraignant.

Au bout de l'expérimentation mi-juin, l'équipe pédagogique décidera si elle généralise ou non l'utilisation de ces pochettes. Elles pourraient aussi être, par exemple, réservées aux internes.

À Poitiers, des adolescents lâchent leur téléphone en échange de récompenses : le reportage de Noémie Bonnin
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enfance et adolescence

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.