Vidéo Le président de la Sorbonne demande de rouvrir avec une jauge à 50% : "C'est la responsabilité d'Emmanuel Macron d'avoir fermé inutilement les universités"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le président de Sorbonne Université juge la jauge à 20% trop basse et pointe un deux poids, deux mesures avec les élèves en classes préparatoires.

Alors que tous les étudiants sont désormais censés revenir à l'université avec des jauges à 20%, "tout le monde ne peut pas revenir", assure jeudi 18 février sur franceinfo Jean Chambaz, président de Sorbonne Université. "Nous avons la capacité d'accueillir en sécurité les étudiants à 50%, et c'est ça que nous continuons à demander. Les étudiants ont besoin de revenir sur les campus", défend-il. En janvier, le président Emmanuel Macron avait promis que tous les niveaux seraient bientôt concernés par une reprise à l'université, un jour par semaine, dans le respect d'une jauge maximum de 20% des effectifs. Insuffisant, pour Jean Chambaz. "Pendant ce temps-là, les élèves de classes préparatoires continuent à s'entasser à 47 dans une pièce prévue pour 50, sans demi-jauge. Il y a deux poids deux mesures entre les élèves des classes prépa qui continuent et les étudiants qui n'auraient pas le droit", dénonce le président de Sorbonne Université.

"Un procès mal placé" à l'encontre de Frédérique Vidal

Très critique sur les propos de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, sur "l'islamo-gauchisme", Jean Chambaz prend sa défense sur la situation difficile des étudiants. Il estime "scandaleux" le "recadrage" de la ministre par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Mercredi celui rappelait que "la priorité, c'est évidemment la situation des étudiants dans la crise sanitaire, c'est évidemment de permettre aux étudiants qui le souhaitent de pouvoir revenir progressivement en présentiel à l'université". Or, assure Jean Chambaz, c'est précisément ce qu'a tenté de faire Frédérique Vidal. "Elle a plaidé cet automne pour la réouverture des universités à demi-jauge, sans être entendue par le président Macron, qui a fermé les universités en stigmatisant étudiants et universités, juge le président de Sorbonne Université. Maintenant, il lui demande de se concentrer sur la précarité, alors que son ministère essaie d'arracher million après million pour aider les étudiants en grande difficulté. Lui faire un procès là-dessus est assez mal placé."

Autant on peut être très critiques sur les positions de Frédérique Vidal sur l'islamo-gauchisme, autant c'est vraiment la responsabilité du président de la République lui-même que d'avoir fermé inutilement les universités cet automne.

Jean Chambaz

à franceinfo

Dans ce contexte difficile, Jean Chambaz souligne la persévérance des étudiants, "de jeunes adultes responsables, pas des enfants", qui "veulent travailler et ne veulent pas perdre leur année universitaire". "Il faut les aider économiquement, mais il faut aussi les aider à apprendre. Le mieux, c'est de rouvrir les universités avec une jauge à 50%", prône-t-il.

Concernant le taux de décrochage au sein de Sorbonne Université, il est "un peu plus important, mais pas tellement plus important qu'avant. On n'en est pas encore au moment où il y a un décrochage massif", a constaté Jean Chambaz.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.