Cet article date de plus de sept ans.

Une promotion historique à l'ENA, avec 45% de femmes admises en 2013

Pour la première fois de son histoire, la prestigieuse école formant les hauts fonctionnaires frôlera la parité totale parmi les candidats admis au concours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le bâtiment abritant l'ENA, l'Ecole nationale d'administration, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 14 janvier 2013. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Pour la première fois depuis sa création en 1945, l'ENA compte presque une moitié de femmes dans sa nouvelle promotion. La cuvée 2014-2015 de l'Ecole nationale d'administration rassemble 80 élèves, comme les années précédentes. Mais alors que les femmes ne représentaient que 28,75% l'année dernière, elles sont cette fois 45% en 2013. Pour le seul concours interne, réservé aux seuls fonctionnaires et agents publics, la part de femmes atteint même 61,3%, souligne la prestigieuse école, actuellement dirigée par une femme, Nathalie Loiseau, pour la deuxième fois de son histoire.

Lors d'un colloque organisé mi-octobre dans les locaux parisiens de l'ENA, à l'occasion de la semaine de l'égalité professionnelle, les ministres des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, avaient relevé une progression de la part des femmes dans les nominations de hauts fonctionnaires en 2013. Elles avaient toutefois souligné que le plafond de verre "est une réalité". Najat Vallaud-Belkacem note, à titre d'exemple, qu'"en 2012, les femmes représentent 25% des cadres dirigeants et supérieurs de la fonction publique d'Etat, alors qu'elles sont 52% parmi les agents".

Une loi votée en mars dernier prévoit l'instauration progressive, sous peine de pénalités financières, d'un quota de femmes parmi les hauts fonctionnaires nommés chaque année. Ce taux, fixé à 20% depuis le 1er janvier, sera porté à 30% à partir de 2015, puis à 40% au 1er janvier 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.