"Une petite heure en plus, ce ne serait vraiment pas de refus" : des lycéens franciliens approuvent l'idée de retarder le début des cours à 9 heures le matin

Valérie Pécresse propose de repousser le début des cours à 9 heures au lieu de 8 heures dans les lycées franciliens. Une idée bien accueillie par les principaux concernés. 

Démarrer les cours à 9 heures au lieu de 8 heures le matin permettrait aux lycéens de gagner une heure de sommeil, sous réserve qu\'ils ne se couchent pas plus tard le soir. 
Démarrer les cours à 9 heures au lieu de 8 heures le matin permettrait aux lycéens de gagner une heure de sommeil, sous réserve qu'ils ne se couchent pas plus tard le soir.  (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

En ce jour de rentrée scolaire, voilà une idée qui devrait ravir certains lycéens. La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, propose de repousser le début des cours à 9 heures au lieu de 8 heures dans les lycées franciliens. Pour l'élue Les Républicains, ce serait mieux pour les transports aux heures de pointe, mais aussi pour la santé des adolescents. Une proposition à laquelle le ministre de l'Education s'est dit "ouvert" ce weekend. "Pourquoi pas une expérimentation à petite échelle", a réagi Jean-Michel Blanquer.

Le reportage, devant un lycée parisien, d'Alexis Morel
--'--
--'--

Devant un lycée du 15e arrondissement de Paris, la proposition semble en tout cas faire l'unanimité. "Ce matin, je n'étais clairement pas prêt pour me réveiller à 7 heures. Alors qu'une petite heure en plus, ce ne serait vraiment pas de refus", approuve un lycéen. "Quand on commence à 8 heures, on n'est pas très éveillé", abonde une camarade. 

Limite on s'endort pendant le cours. On ne peut pas bien écouter et bien absorber.Une lycéenneà franceinfo

Et tous de faire le même constat : "Entre 8 heures et 9 heures, la moitié de la classe, elle dort !". À en croire ces lycéens, 9 heures plutôt que 8 heures, ce serait donc bien l'heure idéale pour être pleinement concentré sur ses cours. C'est aussi l'avis de la chronobiologiste Claire Leconte, spécialiste des rythmes scolaires. "C'est une bonne idée, tout simplement parce qu'au moment de l'adolescence, il y a un chamboulement au niveau des systèmes hormonaux, souligne-t-elle. Toutes les horloges biologiques des adolescents sont reculées d'au moins une heure. Le soir, ils vont s'endormir une heure plus tard qu'ils ne le faisaient auparavant, et le matin ils vont se réveiller une heure plus tard."

Pour ceux qui commencent très tôt, et parfois à 8 heures, on leur supprime systématiquement un temps de sommeil le matin, qui est un des cycles de sommeil le plus important pour eux.Claire Leconte, chronobiologisteà franceinfo

"Il y a eu des expériences en Angleterre et aux États-Unis qui ont montré que reculer d'au moins une heure ce démarrage avait amélioré la performance des élèves", poursuit Claire Leconte. Mais reculer le début des cours d'une heure ne sera pas un remède miracle, nuance-t-elle. Surtout si les ados ne se couchent pas un peu plus tôt qu'aujourd'hui, et ne respectent pas leurs besoins de sommeil. "Il faut vraiment qu'un travail soit fait avec les jeunes pour qu'ils comprennent que c'est leur bien-être qui est mis en question. C'est un problème de santé publique à l'heure actuelle", insiste la chronobiologiste.

Ce n'est pas parce qu'on est adolescent qu'on doit se coucher plus tard sous prétexte que, quand on est ado, on se couche tard.Claire Leconte, chronobiologisteà franceinfo

Cette spécialiste des rythmes scolaires pointe par ailleurs un autre problème, à savoir les journées parfois trop denses des élèves français, parmi les plus chargées des pays occidentaux. Ce qui n'arrange pas l'état de forme de nos ados.