Une cérémonie et la valorisation du contrôle continu au programme du nouveau brevet

La ministre de l'Education nationale a dévoilé, mercredi, sa réforme de cet examen qui conclut la scolarité au collège.

Des élèves de troisième du collège Hélène-Boucher passe le brevet, le 29 juin 2010, à Paris. 
Des élèves de troisième du collège Hélène-Boucher passe le brevet, le 29 juin 2010, à Paris.  ( MAXPPP)

Les élèves de troisième pourront désormais célébrer leur brevet. Dans Le Parisien du mercredi 30 septembre, la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, annonce qu'"une cérémonie républicaine de remise des brevets" aura désormais lieu le premier mercredi qui suit la rentrée des classes. Il s'agit, pour la ministre, de "faire revenir les élèves sur le lieu de leur réussite, qu'ils puissent être applaudis par les élus locaux, et des parents"

Davantage de poids pour le contrôle continu

Cette réforme du brevet s'inscrit dans le projet de refondation de l'école entamée par le gouvernement en 2012. Elle passera aussi par une refonte du diplôme en lui-même. Ainsi, la part du contrôle continu dans la note finale va augmenter, comptant pour 400 points sur 700 et passant de 44% à 57%. Il évaluera l'acquisition des huit champs d'apprentissage du socle commun, selon qu'elle sera insuffisante (10 points), fragile (20 points), satisfaisante (35) ou très bonne (50).

Le brevet actuel s'articule également autour d'un contrôle final. Ce dernier, qui comptait jusque-là pour 56% de la note, voit son importance diminuer. Il comptera désormais pour 300 points : 100 pour l'épreuve écrite de français, d'histoire-géographie et d'enseignement moral et civique, 100 pour l'épreuve écrite de mathématiques, sciences de la vie et de la Terre, physique-chimie et technologie, et enfin 100 points pour une épreuve orale de 15 minutes où l'élève présentera un projet interdisciplinaire. Jusque-là, l'élève passait un oral d'histoire de l'art.