Suicide dans une maternelle à Pantin : Jean-Michel Blanquer annonce la création d'un "comité de suivi" sur les conditions de travail des directeurs d'école

Dans une lettre envoyée aux vingt-cinq directeurs d'école de Pantin et à son syndicat, Christine Renon exprimait un épuisement professionnel et dénonçait des conditions de travail de plus en plus difficiles.

Le ministre de l\'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le 10 septembre 2019 à l\'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le 10 septembre 2019 à l'Assemblée nationale. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Faire émerger un "consensus" plutôt que faire des annonces concrètes et immédiates. Interrogé sur RTL jeudi 3 octobre au sujet de l'émotion provoquée dans le monde éducatif par le suicide de Christine Renon, directrice d'une école maternelle de Pantin (Seine-Saint-Denis), le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la mise en place "d'un comité de suivi" chargé de faire évoluer les prérogatives de la fonction de directeur d'établissement.

Dans une lettre datée du samedi 21 septembre et envoyée aux vingt-cinq directeurs d'école de Pantin et à son syndicat, le SNUIpp-FSU 93, Christine Renon exprimait un épuisement professionnel et dénonçait des conditions de travail de plus en plus difficiles. 

"Tout le monde ne dit pas la même chose"

"On doit améliorer la situation des directeurs d'école, a reconnu Jean-Michel Blanquer. Mais tout le monde ne dit pas la même chose sur ce sujet, les organisations syndicales ont des discours qui peuvent être différents sur ces sujets, ce qui est normal. Il faut que nous arrivions à établir un consensus." 

Le ministre de l'Education, qui a appelé à ne pas polémiquer sur ce sujet, a indiqué que les activités de ce "comité de suivi" débuteraient dès jeudi.


Si vous avez besoin d'aide, si vous êtes inquiet ou si vous êtes confronté au suicide d'un membre de votre entourage, il existe des services d'écoute anonymes. La ligne Suicide écoute est joignable 24h/24 et 7j/7 au 01 45 39 40 00. D'autres informations sont également disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.