Seine-Saint-Denis : après le suicide de Christine Renon, le maire de Pantin propose qu'aucun directeur n'ait une classe à charge

Il assure que sa ville est prête à financer le coût de cette mesure. Il demande également la nomination d'un "interlocuteur pérenne" pour les directeurs et directrices d'école.

Des roses sur les grilles du portail de l\'école maternelle, le 3 octobre 2019, à Pantin (Seine-Saint-Denis), que dirigeait Christine Renon, qui s\'est donné la mort.
Des roses sur les grilles du portail de l'école maternelle, le 3 octobre 2019, à Pantin (Seine-Saint-Denis), que dirigeait Christine Renon, qui s'est donné la mort. (THOMAS SAMSON / AFP)

Une suggestion après "le temps du recueillement". Bertrand Kern, maire socialiste de Pantin (Seine-Saint-Denis), a proposé, dans un communiqué adressé vendredi 4 octobre au ministre de l'Education nationale, et consulté par franceinfo, qu'aucun directeur ou directrice d'école n'ait une classe à charge. Sa recommandation intervient après le suicide de Christine Renon, directrice d'une école maternelle dans sa ville, qui a laissé un courrier mettant en cause l'Education nationale et ses conditions de travail.

Actuellement, tout professeur des écoles peut "faire fonction" de directeur ou directrice, s'ils sont inscrits sur une liste d'aptitude départementale. Ils assurent donc ces fonctions, tout en ayant la responsabilité d'une classe. Certains bénéficient d'une "décharge", c'est-à-dire d'une personne qui assure la classe à leur place, quelques jours par mois, selon la taille de l'école. Mais pour nombre d'entre eux, elles sont inexistantes ou jugées insuffisantes. Car la "décharge" et l'indemnité des directeurs varient selon la taille de l'école.

Stopper "les incertitudes des décharges horaires"

Bertrand Kern a soumis à Jean-Michel Blanquer l'idée "d'en finir avec les incertitudes des décharges horaires selon le nombre de classes dans l'école". "Pour cela, la ville [de Pantin] est prête à participer au financement d'une décharge totale de tous les directeurs d'écoles maternelles et élémentaires pantinoises", souligne-t-il. Il a formulé cette demande "à l'occasion de la visite du ministre de l'Education nationale" avant de détailler ses propositions "par courrier", précise le communiqué.

En outre, le maire de Pantin demande la nomination "d'un interlocuteur pérenne" pour les directeurs et directrices d'école. L'édile souhaite "la nomination d'un inspecteur expérimenté, titulaire de son poste pour plusieurs années, et à même de les accompagner dans leur fonction, ce qui manque à Pantin depuis... sept ans !" "Les directrices et directeurs d'école doivent pouvoir exercer leurs fonctions, leurs missions, sereinement", insiste Bertrand Kern, à la veille d'une marche blanche organisée dans sa ville à la mémoire de Christine Renon.