Suicide d'une directrice d'école à Pantin : des hommages et des rassemblements prévus partout en France jeudi

Des actions sont prévues au-delà de la Seine-Saint-Denis, dans de nombreux départements, comme le détaille le SNUipp-FSU.

L\'école Méhul à Pantin (Seine-Saint-Denis), en juillet 2018. 
L'école Méhul à Pantin (Seine-Saint-Denis), en juillet 2018.  (GOOGLE STREET VIEW)

Colère et solidarité. Syndicats et enseignants appellent à des rassemblements, jeudi 3 octobre, jour des obsèques de Christine Renon, cette directrice d'une école maternelle à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui s'est donné la mort dans le hall de son établissement. La journée des élèves devrait ainsi être perturbée, notamment dans le département où exerçait la fonctionnaire de 58 ans. Un préavis de grève a été déposé pour toutes les écoles de la Seine-Saint-Denis. Le SNUipp-FSU 93 annonce plus de 60% de grévistes chez les enseignants du premier degré et au moins 150 établissements fermés dans le département. 

Cette mobilisation devrait être suivie partout en France, que ce soit par décision individuelle ou à l'appel des syndicats. Le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, n'a pas lancé un appel national à la grève dans toutes les écoles mais incite à "rendre hommage" à Christine Renon jeudi. "Un hommage qui peut se décliner par de multiples initiatives locales", précise le syndicat, qui dresse une longue liste des différentes actions prévues dans de nombreux départements, notamment devant les rectorats ou les préfectures. 

Dans certains départements, des courriers ont d'ores et déjà été envoyés ou distribués aux parents afin de les avertir de la situation. En Seine-Saint-Denis, un rassemblement est prévu à 13h30 devant la direction des services départementaux de l'éducation nationale (DSDEN) de Bobigny, à l'appel de l'intersyndicale (en PDF). Un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail extraordinaire (CHSCT), saisi par l'académie de Créteil, s'y tiendra au même moment.

En Haute-Garonne, une assemblée générale des grévistes est prévue à Toulouse, comme l'indique La Dépêche du Midi. Dans le Rhône, les enseignants sont invités à afficher sur la porte des écoles un texte de soutien ou une image accompagnés de la phrase "Plus jamais ça", rapporte Le Progrès