Une vingtaine de jeunes du service national universel fait un malaise en pleine cérémonie d'inauguration d'une place à Evreux

"C'est un petit coup de chaud comme on en voit régulièrement", a relativisé le maire de la ville.

La forte chaleur a provoqué des malaises chez une vingtaine de jeunes engagés dans le Service national universel qui assistaient à la cérémonie d\'inauguration de la nouvelle place du Général de Gaulle à Evreux.
La forte chaleur a provoqué des malaises chez une vingtaine de jeunes engagés dans le Service national universel qui assistaient à la cérémonie d'inauguration de la nouvelle place du Général de Gaulle à Evreux. (Laurent Philippot - Radio France)

En pleine cérémonie d'inauguration de la nouvelle place du Général-de-Gaulle, à Evreux (Eure), vingt-cinq jeunes engagés dans le Service national universel (SNU) ou Cadets de la Défense se sont sentis mal, rapporte France Bleu Normandie mercredi 19 juin. Ces malaises ont visiblement été causés par les fortes chaleurs, environ 30°C au moment de l'incident. Les jeunes étaient en tenue et devaient rester immobiles de longues minutes sur les marches de l'hôtel de Ville, mardi. "Il était difficile d'imaginer que des jeunes allaient faire un malaise", se défend la préfecture.

Pourtant, Jérémy Dojwa, jeune étudiant infirmier qui assistait à la cérémonie affirme que les malaises étaient parfaitement visibles : "Les jeunes se portaient secours entre eux. L'expression 'tomber comme des mouches', c'est exactement ça. Je me suis dit 'ça n'est pas possible, il faut que j'aille voir. Il y en avait 4-5 qui faisaient des vrais malaises, une dizaine qui avaient juste un coup de chaud et qui étaient étourdis. Puis, trois pompiers sont arrivés, et là, tout le monde a commencé à tomber un par un".

>> "J'avoue, j'ai pas retenu grand-chose" : entre grosse fatigue et petits couacs, on a suivi la première journée du service national universel

"Ces jeunes ont été rapidement pris en charge par les pompiers", a assuré à France Bleu Normandie le directeur de cabinet du préfet de l'Eure, Arnaud Gillet. "Une quinzaine de pompiers sont venus, ainsi qu'un véhicule du Samu. La police municipale nous a aussi beaucoup aidés." Les secouristes ont réhydraté les jeunes. "Ils ont rapidement retrouvé la forme. Ce mercredi matin, ils vont mieux et ont pu reprendre leur cursus de SNU."

"C'est un petit coup de chaud comme on en voit régulièrement", a relativisé le maire de la ville, Guy Lefrand, lui-même médecin urgentiste. "J'ai pu voir qu'il y en avait deux ou trois qui étaient plus sérieusement touchés", a déclaré le maire, qui s'est occupé de certains de ces jeunes. Un jeune a été transporté à l'hôpital mais, selon la préfecture, sans lien avec le malaise.