"On a explosé le compteur des photocopies" : dans de nombreux lycées, les élèves n'ont pas reçu leurs manuels scolaires

"Il est extrêmement difficile de travailler sur ce que nous avions préparé", explique à franceinfo la secrétaire générale adjointe du syndicat SNES-FSU, alors que des dizaines de milliers de lycéens n'ont toujours pas reçu leurs manuels scolaires.

Une élève de seconde, devant un rayon de manuels scolaires, le 25 août 2010.
Une élève de seconde, devant un rayon de manuels scolaires, le 25 août 2010. (JEAN FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Des dizaines de milliers d'élèves de seconde et de première n'ont toujours pas reçu leurs livres de maths, d'histoire-géographie ou d'anglais à cause de retards importants dans la livraison. C'est une conséquence inattendue de la réforme du lycée. "Il est extrêmement difficile de travailler sur ce que nous avions préparé, on fait plein de photocopies", a expliqué sur franceinfo Sophie Vénétitay, professeur de Sciences économiques et sociales (SES), secrétaire générale adjointe du syndicat SNES-FSU.

franceinfo : Comment cela se passe-t-il dans votre établissement ?

Sophie Vénétitay : Ce matin, j'avais cours avec des classes de seconde qui n'avaient pas leurs nouveaux manuels puisque mon lycée n'a pas été livré. On se retrouve dans une situation absurde où les élèves ont les manuels de l'an dernier avec les anciens programmes.

Quel est l'impact sur votre préparation et les cours ?

On a préparé des cours cet été sur la base des manuels que nous avions reçus. Il est extrêmement difficile de travailler sur ce que nous avions préparé, on fait plein de photocopies. Un grand nombre de lycées ont déjà fait des milliers de photocopies. Dans de nombreux lycées, on a explosé le compteur des photocopies au mépris de tous les engagements environnementaux qui ont été pris. C'est assez ironique quand on repense au discours du ministre Jean-Michel Blanquer sur la rentrée de l'Éducation nationale dans l'ère du respect de l'environnement.

Comment vont se passer les choses par la suite ?

On a des informations extrêmement diverses selon les académies, et surtout selon les régions. Ce sont les régions qui sont en charge de livrer les manuels. On a parfois des dates aux vacances de la Toussaint, parfois un peu plus long ou on nous dit tout simplement qu'on ne sait pas quand nous aurons les manuels scolaires, qu'ils soient en version papier ou numérique. Cela se fait dans l'improvisation la plus totale. C'est vraiment un des points noirs de la rentrée.

D'où vient le problème ?

Les responsabilités sont partagées, il y en a plusieurs. L'année dernière, on a dit que les nouveaux programmes avaient été faits au pas de charge pour respecter un calendrier qui n'était pas tenable. Cela a mis en difficulté les éditeurs et les collègues quand il fallait choisir un manuel. Il ne faut pas oublier la responsabilité des collectivités territoriales qui ont parfois essayé de faire un coup de communication sur la question du passage aux manuels numériques, en se souciant assez peu des pratiques et en ne tenant pas les délais qu'on était en droit d'attendre pour pouvoir commencer l'année correctement avec nos élèves.

Le problème est-il le même avec le numérique ?

On retrouve le même problème avec des retards de livraison de tablettes et de mini ordinateurs pour pouvoir lire les manuels. Il y a peu de téléchargements de manuels qui ont pu se faire. Et là encore, les dates données sont extrêmement lointaines. Sans manuel papier ou numérique, de nombreux enseignants ne peuvent pas travailler.