"Nous voulons que le rectorat reconvoque des jurys" : à Toulouse, les correcteurs du bac en grève reconduisent leur mouvement

Une centaine de professeurs toulousains ont décidé de poursuivre leur mouvement de grève jeudi, à la veille de la date initiale du rendu des résultats du bac.

Des candidats au baccalauréat, le 17 juin 2019 (illustration).
Des candidats au baccalauréat, le 17 juin 2019 (illustration). (PIERRE HECKLER / MAXPPP)

"J’ai corrigé en temps et en heure" : François, professeur d'histoire-géographie à Toulouse, a décidé de se mettre en grève. Il est correcteur au baccalauréat, et comme ses collègues grévistes, ses copies sont sur son bureau : "J’ai rempli des bordereaux et elles sont en attente.La veille de la date butoir, j’ai saisi, non pas trois notes, mais les trois absents sur mon tas de copies que j’avais à corriger."

"Le travail a été fait"

Les professeurs avaient jusqu'au mardi 2 juillet pour saisir leurs notes sur le logiciel dédié, mais mercredi, exceptionnellement, le ministère décide de prolonger cette saisie. Tous ont reçus deux mails du rectorat. Dans le dernier, reçu mercredi, la rectrice de Toulouse rappelle que les enseignants doivent impérativement restituer l’ensemble des copies, qu’elles soient corrigées ou non.

>> Bac : il y a un "petit risque" que certains élèves n'aient pas leurs résultats vendredi, reconnaît Jean-Michel Blanquer

Les grévistes, une centaine, ont décidé de reconduire la grève jeudi 4 juillet durant une assemblée générale. Un mouvement inédit pour Julien, professeur de philosophie : "Bien sûr, elles [les copies] sont corrigées, le travail a été fait, et il a été fait consciencieusement, croyez-moi. Nous conservons simplement les notes."

Nous voulons que le rectorat reconvoque des jurys. Les jurys de délibération n’auront pas lieu demain [jeudi], et il faut que le ministère prenne enfin ses responsabilités.Julien, professeur de philosophieà franceinfo

Impossible de retenir 15 jours de salaire aux grévistes, comme l'a annoncé Jean-Michel Blanquer, estime Christophe Manibal du syndicat SNES. Selon lui, certains jurys pourraient être décalés : "S’il y a du retard dans les résultats du baccalauréat, nous sommes désolés pour les élèves qui sont directement concernés, mais on estime que 3-4 voire 5 jours de retard à côté de ce que les générations futures vont perdre du fait de ces réformes, ce n’est rien du tout."

Certains profs grévistes envisagent d’aller collectivement remettre leurs copies corrigées vendredi au rectorat au lieu de les restituer à leurs jurys.

Reportage à Toulouse de Stéphane Iglésis
--'--
--'--