Les épreuves du nouveau baccalauréat seront organisées dès le mois de mars

Les deux épreuves de spécialité, les plus gros coefficients, seront organisées du 15 au 17 mars 2021. C'est bien trop tôt au vu du contexte sanitaire, alertent les enseignants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un lycéen passe une épreuve blanche du baccalauréat en 2019 à Montbéliard (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Le ministère de l'Éducation nationale vient de dévoiler officiellement les dates des épreuves du baccalauréat nouvelle formule. Les terminales de cette année sont les premiers à passer le "bac Blanquer". Les deux épreuves de spécialité, les plus gros coefficients, seront organisées du 15 au 17 mars 2021. En juin 2021, ils passeront tout de même notamment le "grand oral" et l'épreuve de philosophie.

Les deux épreuves de spécialité sur lesquelles les lycéens plancheront en mars représenteront à elles seules le tiers de la note du bac, et surtout, elles compteront pour parcoursup, c'est à dire pour l'orientation vers le supérieur. Ces étapes sont donc majeures et arrivent très vite, dans cinq mois. Ce n'est pas vraiment une surprise puisque la réforme prévoyait certaines épreuves au printemps. Mais la crise sanitaire change tout, estiment certains enseignants. 

La tâche paraît impossible pour que tous les élèves soient prêts

Claire Krepper

à franceinfo

Claire Krepper, du syndicat d'enseignants UNSA expose la difficulté : "Les élèves qui sont en terminale cette année ont subi la fermeture des établissements au printemps. Donc ce début d'année scolaire est surtout consacré à une remise à niveau, ce qui prend du temps. S'ajoute à cela un programme de terminale particulièrement lourd alors qu'on annonce des épreuves très tôt." Impossible dès lors pour cette syndicaliste de faire comme si de rien n'était : "Il faut vraiment tenir compte de ce contexte et, soit adapter les contenus et les épreuves pour que ce soit jouable au mois de mars, soit décaler cette épreuve."

Pourtant, aucun décalage, ni allègement des contenus n'est prévu pour l'instant. Car les programmes sont conçus pour une évaluation en mars assure le ministère. Autre inquiétude des professeurs : avec ces épreuves majeures organisées au printemps, mais des cours qui continuent jusqu'en juin, comment va-t-on motiver les élèves jusqu'au bout ? Grâce à la préparation du grand oral en fin d'année, répond l'entourage du ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.