"Je refuse de porter la responsabilité (...) d'une perte d'équité entre élèves" : quand les profs claquent la porte des jurys du bac 2019

Alors que les copies retenues sont en train d'être rendues par les profs grévistes, la consigne ministérielle continue de faire grincer des dents. 

Le lycée Camille Sée, dans le XVe arrondissement de Paris.
Le lycée Camille Sée, dans le XVe arrondissement de Paris. (PHOTO12 / GILLES TARGAT)

Au lycée Camille Sée, dans le XVe arrondissement de Paris, toutes les copies manquantes et retenues par les professeurs grévistes ont été rendues lundi 8 juillet. Les jurys de la deuxième session avaient donc ensuite pour consigne de comparer les notes obtenues pendant l'année par les élèves, et celles obtenues au bac, afin de retenir la meilleure des deux, pour les candidats concernés. 

Un problème d'équité entre élèves

Mais Joséphine et Marc ont claqué la porte. Ces deux enseignants ne veulent pas cautionner ce qu'ils considèrent comme une différence de traitement entre élèves.  "53 élèves au total dans notre jury ont eu une meilleure note au contrôle continu qu'à l'examen final, explique Joséphine. C'est donc leur note de contrôle continu qui restera, au lieu de celle de leur examen. Cela ne nous pose pas de problème pour ces élèves-là, mais pour les autres, qui, eux, n'ont pas eu le droit de voir leur note continue remplacer celle de leur examen".

Je refuse de porter la responsabilité d'un jury, qui va introduire une perte d'équité entre les élèves. Il faut que tous ces élèves soient traités de manière équitable. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, et c'est extrêmement dommage.Marc, prof au lycée Camille Sée à Parisà franceinfo

Une injustice ressentie par les élèves, d'après ces deux professeurs : certains candidats s'en sont plaints, lors des oraux de rattrapage qui ont débuté dans la matinée du lundi 8 juillet. Critique balayée dans la journée par Jean-Michel Blanquer : le ministre de l'Éducation affirme que personne ne sera lésé, et que la solution choisie face à la rétention des notes est juridiquement solide. 

Quelques centaines de copies de bac restaient retenues, en fin de journée lundi 8 juillet, selon le ministère. Si elles ne sont pas rendues dans la soirée, elles seront considérées comme perdues.