"Cela mérite un rappel à l'ordre" : les professeurs mobilisés contre la réforme du lycée accusés de "faute professionnelle" par leur hiérarchie

La réforme du baccalauréat et du lycée n'en finit pas de faire des vagues. Pour s'y opposer, des professeurs font depuis quelques semaines la grève des notes, et attribuent des 20/20. Ils viennent de se faire rappeler à l'ordre par les chefs d'établissement et le ministère de l'Éducation nationale. 

Pour marquer leur opposition à la réforme du lycée, certains enseignants attribuent automatiquement aux élèves une note de 20/20 pour fausser les évaluations.
Pour marquer leur opposition à la réforme du lycée, certains enseignants attribuent automatiquement aux élèves une note de 20/20 pour fausser les évaluations. (VIOLAINE ALLIRAND / MAXPPP)

Dans ce lycée nantais, 60% des professeurs auraient choisi la méthode du 20/20 pour s'opposer à la réforme du lycée et du baccalauréat, selon les syndicats. Mais voilà, lundi 10 mars, les représentants syndicaux et leurs collègues ont reçu un courrier très ferme de la part du chef d'établissement. "Les termes nous ont profondément choqués, raconte Laurent, délégué syndical. À la fois sur l'idée de faute professionnelle, que nous aurions faite en mettant des 20/20. Et puis il nous a été rappelé la possibilité que notre action serait un délit."

On nous accuse des conséquences désastreuses sur l'orientation des élèves, ce qui n'est absolument pas notre volonté.Laurent, délégué syndicalà franceinfo

Des courriers qui se justifient, explique-t-on au ministère de l'Éducation nationale. Selon son directeur général des ressources humaines, Édouard Geffray, il est temps de rappeler les règles. "Ce qu'on attend d'un professeur, c'est bien sûr de transmettre aux élèves. Mais c'est aussi de leur permettre de progresser. Mettre 20/20 à un élève, ce n'est pas le meilleur moyen de lui rendre service : cela ne lui permet pas d'identifier ses points faibles. Donc c'est tout simplement contraire aux obligations professionnelles du professeur. Et c'est pour cela que cela mérite un rappel à l'ordre."

De son côté, la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public a déploré sur franceinfo cette méthode du 20/20. "C’est quand même jouer avec l’orientation et l’avenir des lycéens", a déclaré Samuel Cywie, porte-parole de la PEEP.