"C'est elle qui m'a aidée" : Nathalie et Wided, l'éclatant succès de l'accompagnement scolaire pour jeunes issus de milieu modeste

Mardi soir, Wided a reçu une médaille gravée à son nom des mains du ministre de l'Éducation nationale, afin de récompenser son parcours, sous l'œil attentif de sa tutrice depuis cinq ans, Nathalie.

Nathalie Decarsin et Wided Jamil ont participé à un programme d\'accompagnement personnalisé pour jeunes issus de milieux modestes grâce à l\'Institut Télémaque.
Nathalie Decarsin et Wided Jamil ont participé à un programme d'accompagnement personnalisé pour jeunes issus de milieux modestes grâce à l'Institut Télémaque. (BENJAMIN MATHIEU / RADIO FRANCE)

Dans la soirée du mardi 16 juillet, Wided Jamil a reçu une médaille gravée à son nom pour récompenser son parcours scolaire. Comme 61 autres bacheliers, la jeune fille de 17 ans recevra du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, une récompense après avoir bénéficié d'un accompagnement personnalisé pour jeunes issus de milieux modestes. Cette année, 100 % des élèves soutenus par l'Institut Télémaque ont décroché leur bac. Dans l'assistance, une personne ne louperait cela pour rien au monde. Il s'agit de Nathalie Decarsin, sa tutrice depuis cinq ans.

Dans un contexte différent, on ne se serait sans doute pas rencontrées.Nathalie Decarsinà franceinfo

Elles habitent à peine à dix kilomètres l'une de l'autre, mais elles font pourtant partie de deux mondes très éloignés. Issue d'une famille de commerçant en Champagne, Nathalie Decarsin est salariée d'une société cotée en bourse. Elle "habite dans une banlieue parisienne qui est Boulogne-Billancourt". Wided Jamil, quant à elle, "vient d'une petite banlieue parisienne qui s'appelle Gennevilliers". Fille d'une femme de ménage et d'un père ouvrier à la retraire, elle est la dernière d'une famille de huit enfants.

La rencontre

Très engagée dans les programmes d'éducation, Nathalie décide de monter un partenariat entre l'Institut Télémaque et son entreprise. Cette association créée en 2005 permet de parrainer des jeunes issus de milieux modestes. C'est ainsi qu'elle rencontre Wided, alors au collège. La jeune fille, bonne élève à l'école, se voit proposer de rejoindre le programme Télémaque. Au départ, "cela n'avait pas l'air très intéressant", concède la jeune fille.

Nathalie va ainsi régulièrement chercher la collégienne chez elle et l'emmène voir des expositions à Paris. "Mon rôle, cela a été vraiment de lui donner une ouverture culturelle", explique Nathalie. Pour Wided, "ce n'est pas commun de sortir dans Paris. La culture française tout du moins, elle n'est pas intégrée complètement à la famille", précise la jeune fille. Grâce à ce programme, les deux femmes se font découvrir leur univers respectif.

Partage des cultures

Pour Nathalie, cela lui "a apporté une ouverture vers une culture différente, vers une banlieue où [elle] ne serait jamais allée". Pour la jeune lycéenne, cette rencontre a été déterminante : "J'étais perdue, j'ai beaucoup hésité entre plein de choses. C'est elle qui m'a aidé un peu à être sûr de mes choix, à m'accompagner, à me dire qu'il ne fallait pas que je stresse. Elle a été un calmant en fait."

Bac mention très bien en poche, l'accompagnement de l'association Télémaque est désormais terminé. Mais après cinq années, Nathalie et Wided n'ont plus envie de se lâcher. Nathalie "n'imagine pas d'arrêter la relation juste parce que le soutien de Télémaque s'arrête". Pour la jeune fille, Nathalie est "un pilier. Elle est belle autant de l'intérieur que de l'extérieur et c'est génial". À la rentrée, Wided sera en licence d'anglais. L'étudiante "attachante, pleine d'énergie et inspirante" pour Nathalie pourra encore compter sur les conseils de sa tutrice.

Reportage de Benjamin Mathieu
--'--
--'--